13 décembre: En plus de Norbert Zongo et de ses compagnons…

Le 13 décembre 2016, les Burkinabè vont commémorer le 18e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo et de ses trois compagnons. Pour cette année, en plus des crimes de 1998, ce 13-Décembre mettra également l’accent sur les hommages à Flavien Nebié, Boukari Dabo, aux victimes de l’insurrection populaire d’octobre 2014 et de la résistance au putsch de septembre 2015. C’est au cours d’une conférence de presse que l’information a été donnée hier, 17 novembre 2016.

 

Comme d’habitude, le 18e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo et de ses trois compagnons sera organisée et par les organisations faîtières, notamment la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) et par le Bureau du Collectif des organisations démocratiques de masse et des partis politiques (CODMPP).

Une innovation est cependant à remarquer pour 2016. Car ce 13 décembre sera commémoré comme «  une journée nationale de mobilisation citoyenne non pas seulement contre  l’impunité, mais aussi contre la vie chère, pour les droits économiques et sociaux et pour l’indépendance nationale » selon le SG, Bassolma Basié.

Au programme de la commémoration, le  rassemblement au cimetière de Gounghin à 7h, le 13 décembre 2016. Ensuite suivra le dépôt de gerbes de fleurs et un recueillement sur les tombes de Norbert Zongo et de ses compagnons, et sur celles des martyrs de l’insurrection populaire et de la résistance au putsch et aux autres victimes. Puis à 9 h00, il y aura un rassemblement à la Place de la nation pour une marche-meeting.

 Le REN-LAC et le MBDHP aussi

Le REN-LAC prévoit l’organisation de Journées nationales de refus de la Corruption,  le MBDHP a programmé un panel sur la justice le 10 décembre 2016 et l’ODJ envisage une journée de soutien aux peuples africains en lutte le 26 novembre.

Quant au débats sur les notions de réconciliation nationale et de justice, le secrétaire général de la CGTB affirme qu’il faut défendre plutôt la notion « vérité, justice et réconciliation ». Car ajoute t-il, « les politiques ne tirent pas assez leçon de l’histoire.Ils sont même oublieux ».

 

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.