Tchad: Zouhoura Victime d’un viol collectif, témoigne

Le 8 février, Zouhoura, Tchadienne de 16 ans, a été violée par cinq hommes qui ont filmé et posté leur crime sur les réseaux sociaux. Sur France 24, l’adolescente revient sur son agression, qui a provoqué une vague d’indignation au Tchad.



« Ils m’ont pris et ils m’ont emmenée dans un endroit inconnu. Là, ils ont commencé à me déshabiller et à me prendre en photo », raconte Zouhoura, baissant les yeux face à la caméra alors qu’elle se remémore ses agresseurs « en train de s’amuser et de rigoler », à ses dépens. Cette jeune tchadienne a été enlevée puis violée par cinq hommes, le 8 février.

Sommée de garder le silence par ses agresseurs, la jeune femme – fille d’un opposant politique tchadien, Mahamat Yesko Brahim – n’a pas cédé à la menace : elle a révélé l’agression à sa famille, dans un pays où l’omerta règne sur le sujet. « Ils m’avaient demandé de ne rien dire mais j’ai raconté à mes parents, je ne pouvais pas faire autrement », poursuit Zouhoura dans une interview accordée à France 24. Le jour même, la famille porte plainte mais l’affaire est étouffée.

Ce qui n’empêchera pas les agresseurs, en guise de représailles, de mettre en ligne une vidéo – retirée depuis – sur les réseaux sociaux, montrant la jeune fille nue et en larmes. Mais plutôt que de susciter l’indifférence, la vidéo a provoqué un tollé au Tchad. Lundi 15 février, des centaines de manifestants se sont rassemblés dans les rues de Ndjamena pour demander justice pour Zouhoura et toutes les victimes de violences sexuelles.

Mais les manifestations ont dégénéré. Elles ont été violemment réprimées par la police anti-émeute et l’un des protestataires, un jeune homme de 17 ans, a été tué par balle par la police lors de la dispersion. Le procureur général a assuré que « les éléments des forces de l’ordre mis en cause dans l’affaire seront mis aux arrêts et traduits devant les tribunaux ».




 

Share Button
The following two tabs change content below.

REDACTION

OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.

REDACTION

OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.