Bitumage de la route Boulsa-Pouytenga : une rumeur indigne des manifestants

Share Button

Plusieurs manifestants ont fait part hier mercredi, de leur opposition à un éventuel changement d’itinéraire, en ce qui concerne le projet de construction et de  bitumage de la route Pouytenga-Kaya, passant par Boulsa.

Des  riverains de la Nationale 15 (Axe Pouytenga-Kaya-Boulsa) ont manifesté  le 6 février 2019  à Boulsa leur indignation contre la rumeur selon laquelle, l’itinéraire du projet de construction et de bitumage de la route Nationale No 15, connaitra une déviation.

Fortement mobilisés, les manifestants de manière pacifique, se sont rendus chez le chef  de canton de Boulsa  l’honorable Naba Sonré, avant d’être reçus par la Haut-commissaire de la province du Namentenga  Anastasie Sawadogo née Sawadogo.

Le porte-parole des manifestants Ousmane Sawadogo a fait la genèse  de différentes démarches qui ont eu lieu depuis «la nuit des temps»,  pour obtenir le bitumage de la Nationale 15, surtout le tronçon Pouytenga-Kaya en passant par Boulsa chef-lieu de la province du Namentenga.

Chemin faisant, à partir du  19 février 2016, un bureau d’études  séjournait dans la zone du projet.

Le  6 mars 2018, le député Fréderic Taondyandé, le représentant du chef de canton de Boulsa, le Haut-commissaire de la province et le chef  de la mission conjointe (environnement et infrastructure) ont signé le procès-verbal de la  rencontre de validation de l’étude d’impact environnemental et social du projet de construction et de bitumage du tronçon Boulsa-Pouytenga.

A la suite une rumeur avait  fait écho de la déviation de l’itinéraire initial sans explication et sans concertation.

«Nous disons non à la déviation et nous vous prenons à témoin des conséquences qui en découleraient si le projet de déviation est maintenu. (…) S’il y’a affrontement entre populations et une éventuelle entreprise, vous êtes responsables», a lancé Ousmane Sawadogo à l’autorité.

«Que Dieu nous en garde. Prenez votre mal  en patience. Nous allons vous revenir avec des informations claires et précises sur cette affaire. Calmez-vous ! Votre message sera transmis à qui de droit», a répondu Anastasie Sawadogo.

Agence d’Information du Burkina

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.