Société

Burkina : Des travailleurs sociaux dénoncent ”un silence meurtrier” vis-à-vis de leurs doléances

Share Button

Le Syndicat national des travailleurs de l’Action sociale a dénoncé mercredi, ”le silence meurtrier” que l’autorité aurait opposé à leurs ”légitimes et justes préoccupations”.

Les travailleurs du ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille ont débuté un sit-in 48h mercredi, mais envisagent une grève de 96h dès le 24 avril, s’ils ne sont pas satisfaits, a constaté sur place l’AIB.

”C’est pour protester contre le silence meurtrier qui est opposé à nos revendications que nous avons posées depuis un certain temps et qui ne connaissent pas encore un examen sérieux. Nous avons initié ce sit-in pour porter davantage la voix, mobiliser les travailleurs autour de ces préoccupations que du reste l’autorité a reconnu légitimes et justes”, a expliqué Juste Koumara Logobana, secrétaire général du Syndicat national des travailleurs de l’Action sociale.

Même si les responsables syndicaux disent constater que ”le gouvernement est resté dans le mépris face aux préoccupations urgentes des travailleuse et travailleurs du ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille”, ils ont bon espoir que le succès sera au rendez-vous.

”C’est la première fois que nous recevons une réponse à un nos écrits adressés à l’administration”, a reconnu le coordonnateur régional du Centre du SYNTAS, Jean-Baptiste Badolo.

Toutefois si le gouvernement ne donne pas satisfaction ”les bureaux nationaux se donneront les moyens pour élever le niveau de protestation”, a ajouté M. Badolo.

Les travailleurs par la voix des deux syndicalistes ont réaffirmé leur détermination à se battre pour la satisfaction de leurs préoccupations.

Ils ont du reste annoncé une grève de 96 heures pour compter du 24 avril prochain, si les lignes ne bougent pas. Une notification est déjà faite au Président du Faso à ce sujet.

La plateforme revendicative minimale comprend huit points dont, l’annulation des ”nominations de complaisance” (5 au total), l’application des conclusions du comité interministériel chargé d’examiner la question de reconstitution de la carrière du personnel des ex-garderies populaires, la dotation des services du ministère en équipements et moyen logistiques suffisants, l’adoption d’un statut particulier au profit du personnel.

AIB

Ajouter un commentaire
OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.