International

Cameroun: Biya fait mettre aux arrêts une trentaine de militaires qui revendiquaient leurs primes

Share Button



Sur instructions de la présidence, le ministre délégué chargé à la défense a décidé de mettre aux arrêts une trentaine de militaires qui réclamaient ce weekend, leurs primes de mission non perçues depuis deux ans, dans le cadre de la lutte contre Boko Haram.

Dans la matinée du samedi 03 juin 2017, une trentaine de militaires en attente de relève au Secteur N°1 de la Force multinationale mixte (FMM) de la Commission du Bassin du Lac-Tchad ont entrepris d’interrompre la circulation à l’aide de barricades sur la route nationale n°1 dans la localité de ZIGUE, département du Logone-et-Chari.

Les intéressés exigeaient deux choses : Leur relève immédiate ; Le versement de leurs primes de « soldats internationaux » de la Commission du Bassin du Lac Tchad (Cblt) à l’instar de celles servies à leurs camarades des opérations de maintien de la paix onusiennes.

Pour se faire entendre, ces militaires ont entrepris de placer des barricades sur la route, bloquant la circulation sur la route nationale n°1. Lesdites barricades ont été levées, et la circulation rétablie à la suite des négociations menées par les chefs militaires.

La haute hiérarchie militaire a ensuite pris des mesures, pour sanctionner les militaires qui ont réclamé leurs primes.

Il s’agit précisément, du transfert des « militaires indisciplinés » à Yaoundé par voie aérienne dans la matinée de ce lundi 05 juin 2017, la mise aux arrêts immédiate des intéressés pour répondre de leurs actes et la tenue dans l’après-midi de ce jour, d’une réunion spéciale avec les chefs militaires.A la suite de cette réunion, les hauts officiers de l’armée ont décidé des sanctions disciplinaires à l’encontre des « militaires indisciplinés » et de la convocation immédiate d’un conseil de discipline, ainsi que l’ouverture d’une enquête judiciaire.

Ces militaires qui font face à une différence de traitements des soldats au front, revendiquent une prime évaluée à plus de 600 000 FCFA chacun, dans le cadre de la guerre contre Boko Haram.




Ajouter un commentaire

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.