La CEDEAO ne veut pas froisser Jammeh

Share Button
Un mini-sommet de la Cedeao s’est tenu ce samedi à Accra, au Ghana, en marge de l’investiture du président élu ghanéen, Nana Akufo-Addo. Une « décision majeure » (un terme du président nigérian) devait être prise à propos de la Gambie.

Finalement, les chefs d’État présents ont revu leur position. D’après nos informations, ils n’ont pas voulu braquer davantage Jammeh en évoquant une nouvelle fois, par exemple, l’usage de la force au cas où il refuserait de quitter le pouvoir le 18 janvier.

La Cedeao est donc restée sur sa ligne : privilégier l’option diplomatique. « Nous nous sommes engagés à une médiation pacifique et à un transfert pacifique du pouvoir en Gambie. Nous continuerons à poursuivre (ces efforts) pour l’instant », a déclaré Ellen Johnson Sirleaf, la présidente du Liberia, à la sortie de la réunion avec ses homologues du Nigeria, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal, notamment.

Dans cette perspective, une réunion ministérielle est prévue ce lundi à Abuja, au Nigeria. En plus du pays hôte, il y aura à cette rencontre le Ghana, la Sierre-Leone et le Sénégal.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.