Corruption: le Burkina s’enfonce de plus en plus

Share Button

L’Autorité supérieure de Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption (ASCE/LC), a remis trois rapports en début de matinée au président du Faso Roch Marc Christian Kaboré. Le contrôleur général, Luc Marius Ibriga a appelé à redoubler d’effort dans la lutte contre la corruption. 

Plus les années passent , plus le Burkina s’enfonce dans la corruption. « On a véritablement une dégradation des indicateurs » a regretté Luc Marius Ibriga après la remise des rapports.

Entre 2015 et 2016 on avait constaté une amélioration des indicateurs, ils sont repartis à la hausse en terme de dégradation, a poursuivi le contrôleur général .

Pour lui, la sanction et la lutte contre l’impunité doivent être appliquées avec rigueur et énergie. Pour y arriver, il a indiqué qu’il faut que les conseils de discipline dans les ministères et dans les administrations soient fonctionnels.
Il faut aussi, à son avis, des manuels de procédure, car leur absence laisse la porte ouverte « à une gestion informelle ». « Nous avons insisté auprès du chef de l’Etat que les recommandations soient mises en œuvre, parce que ces rapports ont pour but d’avoir une mémoire et de pouvoir améliorer la gestion des deniers publics » a poursuivi le contrôleur général.
Le président de l’ASCE/LC, dit avoir proposé au chef de l’Etat une rencontre semestrielle entre le gouvernement et sa structure. « Cela demande un réarmement éthique de chacun, parce qu’en cette période de crise et d’insécurité, la lutte contre la corruption doit être redoublée pour permettre au Burkina Faso d’avoir les ressources nécessaires pour faire face aux différents défis. 

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.