Crise au Burkina: Le Mouvement Soyons Sérieux appelle à un dialogue politique national

Depuis l’après midi du mercredi 16 septembre 2015, la transition vie une nouvelle crise avec la prise en otage du Président KAFANDO, du Premier ministre ZIDA et de certains membres du gouvernement par des éléments du Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP). La nuit du 16 au 17 septembre a été marquée par des tirs sporadiques de coups de feu dans les quartiers de Ouagadougou, plongeant les populations dans la torpeur et la psychose.

mssPendant que les mobiles de cette quatrième irruption du RSP dans la Transition étaient toujours méconnus et alimentaient les débats au sein de l’opinion, les choses sont allées très vite aux premières heures du jeudi 17 septembre 2015. En effet, aux environs de 7h30, un Colonel de l’Armée du nom de BAMBA a lu une déclaration au nom du Conseil national pour la démocratie (CND).

Dans cette déclaration le CND déclare avoir pris le pouvoir et ont pris les mesures suivantes :
-  La démission du président de la Transition ;
-  La dissolution du gouvernement et du Conseil national de la Transition ;
-  La tenue de large concertation devant aboutir à la formation d’un gouvernement d’union nationale et l’organisation d’élections inclusives et apaisées.

Par ailleurs dans un communiqué le Général de brigade Gilbert DIENDERE a été proclamé président du CND. Ce regrettable épisode de l’histoire politique de notre pays consacre un coup de force perpétré par l’Armée et met fin officiellement à la transition avant son terme.

Si les fondements de l’avènement du CND peuvent être sujets à des appréciations divergentes, le MSS voudrait rappeler à l’opinion qu’il a toujours attirer l’attention du Président KAFANDO sur sa gestion partisane et partiale des affaires de l’Etat. Et qu’il convient de relever que les autorités de la Transition sont les principaux responsables de cette situation d’incertitude électorale et d’instabilité et politique institutionnelle. La politique de la division des filles et fils et la promotion de l’arbitraire et de la justice sélective ne pouvant prospérer.

Toutefois, le Mouvement Soyons Sérieux (MSS) voudrait, dans ce contexte trouble et fortement marqué par de vives tensions au sein des forces sociales et politiques, que soit privilégié l’intérêt supérieur de la Nation, notre chère Patrie le Burkina Faso.

C’est pourquoi, il lance un appel solennel à tous les citoyens patriotes, démocrates et républicains au calme, à la retenue et au respect de l’autorité.

Aux forces de défense et de sécurité, le MSS les exhorte à prendre les mesures nécessaires pour le rétablissement de l’ordre public et la protection des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire.

Aux acteurs politiques, aux autorités religieuses et coutumières, aux forces vives de la Nation, le MSS les invite à s’investir activement pour l’instauration d’un dialogue politique national inclusif et constructif afin d’éviter le chaos.

Vive la Paix,
Vive la Démocratie,
Que Dieu bénisse et protège le Burkina Faso !!!

Ni ingérence, ni indifférence pour un Burkina Faso meilleur !

Fait à Ouagadougou, le 17 septembre 2015

Pour le MSS

Le Coordonnateur National
S. Frédéric ZOUNGRANA

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.