Burkina Coup d'état du 16 septembre

Crise au Burkina: vers une sortie de crise

Share Button

Pour la deuxième journée consécutive, la médiation de la Cédéao emmenée par les présidents sénégalais Macky Sall et béninois Thomas Boni Yayi a rencontré à Ouagadougou les acteurs de la crise qui secoue le Burkina Faso depuis mercredi 16 septembre. Après avoir vu les représentants de l’opposition, ils se sont rendus à la résidence du président de la transition Michel Kafando qui n’était pas apparu en public depuis trois jours. Dans l’après-midi, de nouveaux rounds de consultations ont eu lieu dans l’hôtel Laico. Le président Boni Yayi qui anime cette médiation, avec le président Macky Sall, s’est adressé à la presse en fin de soirée.

L’ambiance en fin de journée a changé. Diplomates, hommes politiques semblaient optimistes pour trouver une solution à cette crise burkinabée. « Vous savez le Burkina c’est un pays de surprise et de miracle », déclarait même un homme politique du Burkina Faso. L’homme fort du pays, Gilbert Diendéré, est arrivé à l’hôtel vers 17h pour s’enfermer avec Macky Sall et Boni Yayi durant deux heures.

Les spéculations, les rumeurs ont circulé dans le hall de l’hôtel transformé en lieu de conférence de presse. Tout le monde attendait une déclaration du chef de la junte. Mais c’est Boni Yayi qui a pris la parole avec à sa droite le général putschiste. Le président a parlé durant quatre minutes saluant les Burkinabè. Au final, il a indiqué sans donner de détails qu’un retour à la transition était sur les rails :

« Lorsque j’ai dit que le général est dans de bonnes dispositions d’esprit oui, je suis en mesure de dire qu’il a le sens des responsabilités. Il appartient à une corporation. Il va finaliser et je peux dire oui vers le retour à la transition. »

Des confrères relancent alors Boni Yayi. Est-ce que la transition va repartir avec Michel Kafando à sa tête ? « Je ne crois pas », répond le président béninois. Concrètement, aucune annonce claire n’a été faite ce soir. Boni Yayi a parlé d’une rencontre qui pourrait avoir lieu demain avec tous les acteurs de la crise.

Mais ni les membres du Balais ni les poids lourds de cette crise politique qui sont présents ne sont pour le moment informés de ce rendez-vous. Quant au principal intéressé, le général Diendéré, lorsque la presse lui a demandé s’il allait quitter le pouvoir, sa seule réponse a été son éternel sourire.

rfi

Ajouter un commentaire

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.