Burkina Coup d'état du 16 septembre

Crise au Burkina: voici le projet d’accord de sortie de crise

Share Button

Les médiateurs de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont proposé dimanche soir à Ouagadougou un « projet d’accord politique de sortie de crise » au Burkina Faso. Le texte prévoit de restaurer le président de la transition, Michel Kafando, renversé jeudi par un coup d’Etat militaire.

macky-sall1-692x360

Les 13 points du Projet de Protocole d’accord de la CEDEAO

1, La libération sans condition des personnalités détenues au cours des événements du 17 SEPTEMBRE

2, La restauration des autorités de la transition avec kafando comme président

3, Le retrait des militaires du gouvernement

4, La reprise du processus électoral avec les élections au plus tard le 22 NOVEMBRE

5, La ceni doit prendre toutes dispositions nécessaires a la nouvelle date

6, Le gouvernement organisera les élections

7, Le CNT s’abstiendra de légiférer dans les matières autres que celles relevant des élections et des conclusions du présent accord

8, Les personnes inéligibles pourront prendre part aux élections

9, Toutes les reformes profondes telles que celles liées a a la reforme de l’armée seront laissées a l’appréciation du gouvernement d’après transition

10, La cessation de la violence

11, Les FDS assureront la sécurité des personnes et des biens sur tout le territoire national

12, L’acceptation du pardon et de l’amnistie pour les conséquences liées a la présente crise

13, Le comité des médiateurs veilleront a l’application de ces recommandations.

Le président sénégalais Macky Sall, président en exercice de la Cédéao, est finalement venu dans la soirée présenter non pas ce accord formel, mais des « éléments de compromis ». Ce projet d’accord politique, qui s’articule autour de 13 points, sera discuté mardi matin lors d’un sommet extraordinaire de l’organisation sous-régionale.

« Je voudrais lancer un appel pressant au calme. Un appel à la paix, à la sérénité et à la non-violence sous toutes ses formes, a déclaré le président sénégalais Macky Sall après ces annonces. N’allumons pas un feu que nous ne pourrons pas éteindre. En tant que voisins, partageant avec vous le même destin dans nos espaces communautaires, nous sommes aussi, d’une certaine façon, nous autres Ouest-Africains et Africains, des Burkinabè. Nous aimons ce pays comme vous et je dirais que vous n’avez pas le droit de nous priver de ce ” pays des hommes intègres “. »

Ajouter un commentaire

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.