Société

Economie: le gérand du jardin les « noces de caanan » lance un cri de coeur

Share Button

Je condamne fermement et de toutes mes forces le double attentat du 02 Mars 2018 perpétré simultanément à l’Ambassade de France au Burkina et à l’Etat major général des armées par des forces obscures et rétrogrades. A mes yeux rien ne peut justifier ces actes terroristes qui ont endeuillés des familles. A toutes ces familles éplorées, je présente mes sincères condoléances. Félicitations à nos Forces de Défense et de Sécurité pour leur prompte réaction ce jour du 02 mars et qui travaillent inlassablement chaque jour aux cotés du gouvernement pour préserver la paix et la sécurité dans notre chère patrie, le Burkina Faso.


Mon cri de cœur de ce jour n’a pas pour ambition de mettre mon intérêt personnel au dessus de l’intérêt général du pays, loin de moi cette prétention. Mais, c’est en désespoir de cause que j’utilise les colonnes des médias pour me faire entendre et surtout me faire comprendre par les autorités de mon pays, après avoir entamé plusieurs démarches sans obtenir aucune réponse.

De quoi est-il question ? Depuis les attentats, le jardin situé face à la mairie centrale (LES NOCES DE CAANAN) que j’exploite se trouve isolé et encastré dans le périmètre de sécurité situé entre le monument des cinéastes et l’Etat major.

Plus d’un mois après le 02 mars, cette zone de sécurité existe toujours ; il faut souligner que la gendarmerie a finit son enquête puisqu’elle a levé sa barrière de sécurité aussitôt remplacée par celle de la police municipale.

Aujourd’hui mon commerce, le seul que j’exerce sur terre a prit des sérieux coups et je suis le seul à subir ce sort parmi tous ceux qui avaient été affecté par cette situation, tous (dans les alentours) sans exception ont repris leur activité autour des lieux des attentats « sauf moi ».

Je répète que je ne suis pas contre les mesures sécuritaires, seulement je demande à ce qu’il y ait une mesure qui permettra à mes clients d’accéder au jardin afin que mes activités reprennent, « s’il vous plait ».

Tout ce que je demande c’est de continuer mes activités si possible ou alors que l’on me dise ou montre la conduite à tenir car je perds énormément de l’argent chaque jour que Dieu fait ; j’ai en charge des employés que je paie à la fin de chaque mois, cela commence à peser sur mes épaules alors venez à mon secours. J’ai foi que les autorités de mon pays ne verront ce cri de cœur ou plutôt ce cri de détresse comme une insouciance ou une insolence mais plutôt l’inquiétude et l’angoisse d’un citoyen qui ne demande qu’à reprendre et exercer ses activités.

Pascal Bouda, Gérant du Restaurant « Les Noces de Canaan »

Ajouter un commentaire
OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.