Grêve des transporteurs: le Premier ministre regrette les propos du Ministre de la Sécurité

Share Button

Suite à un mot d’ordre de grêve illimité par les chauffeurs routiers suite aux propos du Ministre de la sécurité ,Paul Kaba Thiéba, a rencontré l’UCRB et des responsables syndicaux ce mercredi 9 août 2017. 

Après près d’une heure d’échanges, les chauffeurs routiers, les représentants syndicaux et le Premier ministre se sont exprimés sur la question. Pour  le Secrétaire général (SG) de la CSB, porte-parole des travailleurs routiers, Olivier Ouédraogo, les propos tenus par le ministre de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, sont inquiétants pour le bon déroulement de leur travail.

Paul Kaba Thiéba, face à cette inquiétude des routiers, les a d’emblée remerciés pour avoir répondu à son invitation. «J’ai été informé que l’UCRB a engagé un mot d’ordre d’arrêt de travail illimité. Il y avait nécessité que  le gouvernement et les syndicats routiers se rencontrent au nom de l’intérêt de la nation», a-t-il déclaré.

M. Thiéba, après avoir salué « leur sens élevé de l’Etat, leur esprit de responsabilité et de patriotisme », a rappelé le rôle important qu’ils jouent dans l’économie burkinabè. «Il est de notre responsabilité de faire tout pour leur procurer de meilleures conditions de travail», a-t-il indiqué.

Le Chef du gouvernement a dit regretter les propos tenus par le ministre de la Sécurité.

 Les transporteurs routiers par la voix de leur porte parole Guy Olivier OUEDRAOGO de la Confédération syndicale burkinabè, ont salué cette démarche du Premier ministre. Ils ont pris l’engagement de se référer à la base, promettant de le faire dans de meilleurs délais pour la levée du mot d’ordre de grève.

Le Premier ministre Kaba a rassuré les chauffeurs routiers de la disponibilité de l’exécutif à leur garantir de meilleures conditions de sécurité dans leur ‘’boulot’’. «Nous sommes là pour créer un environnement de sécurité favorable pour l’exercice de leur métier.

 

REDACTION

OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.