Insurrection populaire et putsch manqué: Des blessés et parents de victimes manifestent au Tribunal militaire de Ouagadougou

Share Button

Des Blessés et parents de victimes de l’insurrection populaire d’octobre 2014 et de la résistance au putsch manqué de septembre 2015, ont manifesté, mercredi, devant le Tribunal militaire de Ouagadougou pour réclamer justice

L’initiative est de l’Association des parents des victimes du coup d’Etat (APVCE) et de l’Union des familles des martyrs de l’insurrection populaire (UFMIP).
Elles étaient une trentaine de personnes arrivées aux environs de 9 heures, devant le Tribunal militaire de Ouagadougou, brandissant  des banderoles.
L’on pouvait lire entre autres inscriptions, «Pour que le sacrifice de nos martyrs ne soit pas vain, justice, justice et justice», «Nous on parle pas trop, Dieu grand maître et juge par excellence vous voit et il va agir tôt ou tard pour que justice soit rendu au pauvre sous terre».
Les manifestants ont été gentiment priés, par les Forces de défense et de sécurité (FDS) mobilisées  sur les lieux, de se retirer de l’enceinte de la justice militaire afin de tenir leur mouvement, un peu à l’écart. Chose qu’ils ont accepté sans contester.
«Nous ne sommes pas là pour exercer une pression, mais plutôt pour une question de défense (…) L’ensemble du peuple burkinabè est inquiet, raison pour laquelle, nous sommes là pour réclamer justice», a confié le président de l’UFMIP, Victor Pouahoulabou.
Selon lui, les personnes qui ont commis des actes  condamnables durant les deux évènements (insurrection et putsch manqué) doivent être jugées et condamnées conformément à la loi.
Pouahoulabou dit être offusqué par des non-lieu prononcés par la justice militaire, de même que par des libertés provisoires accordées à certaines personnes inculpés dans lesdits dossiers.
La manifestation de l’APVCE et de l’UFMIP à la devanture de la Justice militaire de Ouagadougou, se tenait au moment où se déroulait au sein de l’institution judiciaire l’audience de confirmation des charges qui pèsent sur les accusés dans le procès du Coup d’Etat de septembre 2015 au Burkina Faso.
Agence d’information du Burkina
Ajouter un commentaire