«La justice burkinabè vit une crise de confiance avec les populations depuis deux décennies» (responsable)

Share Button

Le nouveau secrétaire général du ministère en charge de la Justice, Théophile Sawadogo a affirmé lundi, que la justice burkinabè vit depuis deux décennies, une crise de confiance avec les populations et qu’il  entend travailler avec l’ensemble des acteurs pour relever les défis.

«Depuis de nombreuses années, particulièrement depuis deux décennies, la justice vit une crise de confiance avec les populations», a déclaré lundi le nouveau secrétaire général du ministère en charge de la Justice, Théophile Sawadogo, à l’occasion de sa prise de fonction.

Selon M. Sawadogo, cette situation est à mettre sur le dos «des déficits organisationnels et professionnels».  

Il a également signalé que la résolution de cette  crise passe par la satisfaction des attentes  de l’ensemble des acteurs internes ou consommateurs du service public de la justice.

Nommé en conseil des ministres le 11 octobre 2017, Théophile Sawadogo s’est  dit déterminé  à œuvrer avec l’ensemble des acteurs pour une administration judiciaire et des droits humains, performante et indépendante au pays des Hommes intègres.

«Je voudrais vous assurer de ma loyauté  et de mon dévouement. Aucun effort ne sera ménagé pour accomplir les tâches nécessaires à la réalisation des grands chantiers de notre département »,  a-t-il dit au ministre Réné Bagoro.

Le secrétaire général sortant Paulin Bambara a remercié ses collaborateurs pour  leurs accompagnements pendant ses vingt-deux mois de service au ministère  de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique.

«Je vous exhorte à soutenir mon successeur dans la  même dynamique pour consolider les acquis et relever les grands chantiers de développement du ministère en charge de la Justice», a indiqué M. Bambara.

Le SG sortant, appelé à d’autres fonctions,  a été  nommé le 14 janvier 2015 sous la Transition burkinabè par l’ex-ministre en charge de la Justice,  Joséphine Ouédraogo.

Agence d’Information du Burkina

Ajouter un commentaire