Marche du 29 novembre: le SYNATIC mobilise ses troupes

Share Button

Le gouvernement burkinabè a procédé lors du Conseil des ministres du 8 novembre 2018 à une augmentation de 75 F CFA du prix du litre du super 91 et du gasoil. Il a tenté de justifier cette mesure par « la hausse du prix du pétrole au plan international », la « situation financière de la SONABHY » et la nécessité de soutenir « l’effort de guerre ».

Ce surenchérissement du coût du carburant de 12%, entrée en vigueur le 9 novembre 2018, affecte tout le peuple. Et les travailleurs des médias et de la culture ne sont pas également en marge. Cette mesure impopulaire vient réduire davantage le pouvoir d’achat des travailleurs et des citoyens que nous sommes. Loin de s’en tenir là, le pouvoir MPP et alliés est sur le point de réduire encore plus ce maigre pouvoir d’achat avec d’autres mesures tout aussi impopulaires. Il s’agit, entre autres, de :

• l’illégale retenue à la source de la Taxe de résidence sur les salaires des travailleurs du public et du privé ;
• l’imposition des primes et indemnités des agents publics (IUTS sur les primes et indemnités);
• le retour de la Taxe de développement communale (TDC) sous une nouvelle dénomination (Taxe sur les véhicules à moteur) ;
• l’adoption de l’avant-projet de Loi organique portant Principes fondamentaux de la Fonction publique qui remet en cause les acquis financiers et les libertés syndicales et démocratiques.

Ce dernier point viendra remettre en cause le passage du statut des médias publics (RTB et Sidwaya) d’EPE à Société d’Etat que le gouvernement ne veut pas mettre en œuvre. En effet, le projet de Loi organique remettra en cause tous les protocoles d’accords que le gouvernement a signé avec les syndicats des différents ministères.

Camarades !

Au regard de ce qui précède, le Syndicat Autonome des Travailleurs de l’Information et de la Culture (SYNATIC), membre de la CCVC, appelle tous les travailleurs des médias publics et privés et de la culture, à se mobiliser autour des actions prévues le 29 novembre 2018 afin de dire « NON » à cette forfaiture du gouvernement et exiger la satisfaction de cette plateforme minimale:

• le retour aux anciens prix des hydrocarbures ;
• la relecture de la structure des prix des hydrocarbures conformément aux conclusions de l’atelier du Comité interministériel de détermination des prix des hydrocarbures de juillet 2009 à Bobo-Dioulasso;
• un audit indépendant de la SONABHY et de la SONABEL impliquant les structures de lutte contre la corruption;
• l’arrêt des atteintes aux libertés démocratiques et syndicales ;
• le retrait de l’avant-projet de loi organique adopté par le Conseil des ministres qui prévoit de graves restrictions au droit de grève et la remise en cause des acquis des travailleurs ;
• la relecture du Code du Travail bloquée depuis l’Atelier de validation tenu en septembre 2017.

A Ouagadougou, un piquet de grève sera dressé à la Bourse du travail à l’issue de la marche en direction du Ministère en charge du Commerce prévue à 8H.

Ouagadougou, le 25 novembre 2018

Pour le Bureau National,
Le Secrétaire Général
Siriki DRAME

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.