/var/www/clients/client1/web20/web/webtv/wp-includes/css Ouaga24 - Procès tentative de libération des généraux: La délibération pour demain?

Procès tentative de libération des généraux: La délibération pour demain?

Alors que les auditions ont repris assez tard, 10h20 exactement, les prévénus se succèdent comme hier. Mais à la différence, des auditions de témoins s’ajoutent, sans apporter plus d’éclaircissement pour autant. Mais avant de suspendre l’audience, le Président a été on ne peut plus clair à l’endroit des différentes parties:  » Les accusés sont-ils coupables d’avoir pris les résolution suivantes: attaque du poste de Yimdi, attaque de la MACA et des camps Naaba Koom?
A la reprise des auditions aujourd’hui, les témoins KINI Eric et Ouattara Abou sont appelés successivement à la barre. L’accusé Konde Loba a signifié la veille que l’ex RSP Kini Eric l’aurait conduit chez le Caporal Madi pour la réunion. Pourtant, le sieur Kini nie les faits; il sera appuyé dans son témoignage par le Caporal Madi qui dit ceci: « Je ne connaissais pas Kini Eric avant aujourd’hui. Je ne l’ai jamais vu chez moi! » Pour le second prévenu à la barre, Ouattara Abou, il s’agissait de se rencontrer pour discuter matériel, notamment celui perdu après la dissolution du RSP.
Pendant ce temps des noms comme général Zagré et Diendjéré reviennent à travers les propos tenus hier par Madi Ouedraogo, le présumé instigateur de la tentative de libération. C’est alors que Me BIRBA demande au tribunal: « Pour découvrir la vérité, il est imùportant que les généraux soient entendus, ou tout au moins l’un deux pour que l’on sorte de cette impasse ».
« Lui et moi on sort ensemble »
Lorsqu’on lui demande si il connait monsieur Ido, c’est que dit à la barre le prévénu Ouattara Abou avant de se raviser. « On prend des pots souvent ensemble » rectifie t-il une fois qu’il a compris le sens véritable de son premier propos. Cela a provoqué des fous rires et des yeux hagards dans l’assistance.
L’audience est suspendue pui reprise à 11h28 par la présentation des pièces à conviction.
« Je ne reconnais pas ces munitions; Celles que je détenais étaient au nombre de 10 et non 160. En plus leurs bouts étaient verts » conteste l’un des prévénus. D’autres prévénus suivront et contesteront certains matériels présentés comme pièce à conviction. Cela inspire la défense qui relève encore la qualité insuffisante du travail de la police judiciaire, car visiblement, plusieurs règles ont été baffouées.
Visiblement las de ne pas parvenir à autre chose, le Président du Tribunal adresse une question dite subsidiaire aux différentes parties: Les accusés sont-ils coupables des faits de tentative d’attaque de Yimdi, des camps Naaba Koom et de la MACA? Il a immédiatement procédé à la suspension de l’audience pour demain 8heures.
Ceci laisserait entrevoir une délibération pour demain? Il semble que oui.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.