Samandin: le CDAIP /section Samandin dénonce des malversations dans la gestion du plateau omnisports de Samandin

Share Button

Dans le communiqué ci-après, la Coordination des Comités de défense et d’approfondissement des acquis de l’insurrection populaire (CDAIP) de la ville de Ouagadougou/section Samandin invite la population à se mobiliser en son sein pour poursuivre la lutte pour le contrôle populaire de la gestion de la chose publique.

 

Que l’année 2018 soit une année de justice sociale et pour de meilleures conditions de vie pour les populations de Samandin et de la ville de Ouagadougou !

A l’orée de cette année 2018, le CDAIP de Samandin souhaite à toute la population de Samandin : femmes, hommes et jeunes une santé de fer, du succès dans leurs activités professionnelles et réussite scolaire et estudiantine. Le CDAIP vous souhaite également du courage et de la détermination dans la lutte pour la défense et l’approfondissement des acquis de l’Insurrection populaire : manifestation de la vérité et de la justice dans les nombreux dossiers de crimes de sang et de crimes économiques, amélioration des conditions de vie, création d’emplois décents pour la jeunesse de Samandin et de toute la ville de Ouagadougou, contrôle populaire et transparence dans la gestion de la chose publique : centres de santé, écoles, plateau omnisport, etc.

Populations de Samandin, l’année 2017 a été marquée au niveau du CDAIP de notre quartier par des actions citoyennes multiples : salubrité, entretien de la voirie, formation de femmes en fabrication de savon, lutte pour le contrôle populaire et la transparence dans la gestion du plateau omnisport de Samandin. Au sujet du plateau omnisport, le CDAIP a demandé que son Comité de gestion (COGES) rende compte de sa gestion aux populations et qu’un autre comité de gestion démocratique soit mis en place, ce qui est la condition pour que les ressources financières générées par l’exploitation du plateau (maquis, kiosque, vendeuse de dolo, établissements qui y font du sport, etc.) soient connues par les populations et utilisées à leur profit et particulièrement de la jeunesse : entretien et équipement adéquat du plateau. Cela a valu au CDAIP d’être convoqué à la gendarmerie par le maire de l’Arrondissement 1, Saybou NIKIEMA, et le comité de gestion dirigé par Pascal PITROIPA, ceux-ci refusant que nous populations sachions ce qu’ils ont fait avec notre argent !

Poursuivant dans leur refus de la transparence et de l’implication de la population dans la gestion du plateau, ils (les six conseillers de Samandin, le COGES et le maire) ont mis en toute cachette et de manière anti-démocratique et clientéliste un autre Comité de gestion pour non seulement ne pas rendre compte de leur gestion catastrophique du plateau mais surtout pour poursuivre le détournement de l’argent généré par le plateau, en toute impunité. Le CDAIP s’est opposé à cela en 2017 et poursuivra cette lutte pour la transparence en 2018 !

Le CDAIP de Samandin appelle la jeunesse populaire de Samandin, les hommes et femmes à se mobiliser en son sein pour poursuivre la lutte pour le contrôle populaire de la gestion de la chose publique qui passe par la mise en place publique et démocratique des Comités de gestion (COGES) des écoles publiques, des centres de santé, des plateaux de sport, des maisons de jeunes et de femmes et par la tenue d’Assemblées générales populaires (AGP) périodiques pour rendre compte de leur gestion aux populations. Il les appelle à se mobiliser pour la vérité et la justice dans les nombreux dossiers de crimes de sang et économiques, notamment ceux de l’Insurrection populaire d’octobre 2014 et de Résistance victorieuse au putsch de septembre 2015, pour des emplois pour la jeunesse, pour la sécurité, pour le bien-être social et pour un véritable changement politique en faveur des populations.

Bonne et heureuse année 2018 !
Le bureau du CDAIP de Samandin

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.