Société

Société: Journée de travail continu et allaitement maternel exclusif au Burkina Faso

Share Button

Ceci est une tribune de SOURWEMA Xavier, Fonctionnaire élève Conseiller en Gestion des Ressources Humaines.

Par décret n°2015-1048/PRES-TRANS/PM/MFPTSS du 15 septembre 2015, le Gouvernement burkinabè a institué le système de la journée de travail continu dans les administrations du secteur public. Cette mesure, bien que salutaire, n’est pas sans conséquence sur le rendement, la productivité du personnel féminin de l’administration qui pratique l’allaitement maternel exclusif.

Il est bien vrai que l’article 65 de la loi 081-2015/CNT du 24 novembre 2015 portant statut général de la Fonction Publique d’Etat, dispose que : « Pendant une période de quinze (15) mois à compter de la naissance de l’enfant, la mère a droit à des repos pour allaitement. La durée totale de ces repos est d’une heure et demie par jour », mais reconnaissons que son application n’est pas aisée dans le cadre de la journée de travail continu. Dans cette situation que faire ?

Comment la femme qui opte pour cette pratique peut-elle être assidue à son poste de travail ? Comment gérer les heures de repos pour allaitement dans ce système de journée de travail continu ?

A ces questions, nous proposons les mesures d’accompagnement suivantes en vue d’encourager le personnel féminin de l’administration publique dans la pratique de l’allaitement maternel exclusif. Il s’agit de :

L’aménagement d’une salle pour allaitement

L’une des missions assignées à la Direction des Ressources Humaines (DRH) par le décret n°2016-027/PRES/PM/SGG-CM du 23 février 2016 portant organisation-type des départements ministériels en son article 50 est « de contribuer à l’amélioration des conditions de travail et de la productivité du personnel du ministère ». A ce titre, nous pensons que la DRH devrait travailler à améliorer les conditions de travail de ces femmes en mettant à leur disposition une salle pour allaitement tant au niveau central que dans les structures déconcentrées du ministère. Cela permettra aux femmes d’exécuter leurs tâches de façon assidue et allaiter leurs enfants à tout moment.

La construction de pouponnières et de crèches

Nous estimons que le Ministère de la femme, de la solidarité nationale et de la famille (ministère en charge de la petite enfance) devrait, en collaboration avec ses partenaires, construire des pouponnières et des crèches au sein des hôtels administratifs et aussi dans les zones abritant des bâtiments administratifs sur toute l’étendue du territoire national. Ces infrastructures permettront aux femmes non seulement de sécuriser leurs enfants mais aussi de les rapprocher de leur lieu de travail.

Nous pensons qu’avec ces mesures les femmes allaitantes pourront travailler dans la quiétude et dans le respect des horaires de travail.

SOURWEMA Xavier
Fonctionnaire élève Conseiller en Gestion des Ressources Humaines
Sourwema.grh@gmail.com

Ajouter un commentaire
OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.