Société

Société: Les travailleurs de l’hôpital Yalgado demande des meilleurs condition de travail.

Share Button

La sous-section du Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) du Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO), le plus grand hôpital du Burkina, a organisé une marche mardi dans la matinée, en direction du ministère de tutelle pour exiger du gouvernement, des meilleures  conditions de travail afin de mieux servir les patients de l’hôpital.

Selon le Secrétaire général (SG) de la sous-section du SYNTSHA-YO, Hamadi Konfé, la marche a pour objectif de rappeler au ministère de la Santé, la situation délétère qui prévaut depuis  ses dernières années au sein du CHU-YO.

«Notre CHU-YO, premier hôpital de notre pays  est aujourd’hui l’ombre de lui-même», a- t-il  laissé entendre mardi devant le ministère de la Santé.

Pour lui, les capacités d’accueil de l’hôpital sont dépassées, au regard du nombre des malades en situation d’urgences, qui sont souvent dans des couloirs et même  à ras le sol.

Dans son message, il a expliqué que ce «triste» constat est fait au quotidien dans les services des urgences médicale, chirurgicale, pédiatrique,  gynéco-obstétricale…)

«Au CHU-YO, des services manquent y compris parfois le minimum et comment le personnel peut-il faire dans ces conditions pour assurer des soins de qualité aux populations», s’est-il interrogé.

Hamadi Konfé, a signalé que l’hôpital vit des pannes fréquentes d’équipement et  des ruptures de consommables.

Le premier responsable de la sous-section du SYNTSHA-YO, a  précisé que les services d’imageries et du laboratoire connaissent également des difficultés de fonctionnement.

Il  a indiqué que cette situation, amène les malades hospitalisés à parcourir la ville à la recherche de services privés pour leurs examens.

«On assiste donc à des reports opératoires par manque d’oxygène ou d’équipement», a- t-il soutenu.

De son avis, le CHU-YO est loin de remplir ses mission et de respecter des attentes  des  Burkinabè au regard de la fermeture de certains services (viscéral, urologie) depuis des mois.

Hamadi Konfé a mentionné que, sa  structure a entrepris des négociations et des échanges, avec le ministère de tutelle pour changer la donne mais rien n’a été fait pour le moment.

Selon lui, tous les services fonctionnent au ralenti malgré la volonté des travailleurs à assurer des soins de qualité.

«Pour gérer les vies humaines, il faut vraiment avoir les moyens nécessaires et pas non bricoler », a-t-il  ajouté.

A l’en croire, toutes les propositions du ministère en charge de la santé sont «vainement» attendues et la plupart abandonnées.

Le SG du SYNTSHA/ CHU-YO, a affirmé que ses agents sont déterminés à lutter pour que l’hôpital soit rénové et équipé pour un réel épanouissement des populations.

Pour sa part, le représentant du ministre de la Santé en mission, le directeur des ressources humaines, Adama Sawadogo a assuré que  les doléances du SYNTHSA seront transmises à qui de droit.

«Le dialogue n’a jamais été rompu au ministère, soyez rassurés que l’autorité vous reviendra», a-t-il conclu.

Agence d’information du Burkina

Ajouter un commentaire
OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.