/var/www/clients/client1/web20/web/webtv/wp-includes/css Ouaga24 - Soutenance: Bationo Tahirou décrypte la communication des partis politiques sur Facebook

Soutenance: Bationo Tahirou décrypte la communication des partis politiques sur Facebook

Les partis politiques au Burkina Faso n’utilisent pas efficacement les réseaux sociaux notamment Facebook. C’est la conclusion essentielle à laquelle est arrivé Monsieur Bationo Tahirou dans le cadre d’une étude réalisée entre Novembre 2014 et juin 2015. Cette recherche a été présentée lors d’une soutenance en vue de l’obtention d’un diplôme en communication d’entreprise et marketing à l’institut supérieur privé polytechnique ce jeudi 24 Mars 2016.




20160324_103515Il ressort de cette étude que « le CDP est quasiment inexistant sur Facebook. On compte 06 pages repartis entre le Burkina Faso et la Côte-d’Ivoire crée par les militants du parti qui se sentent orphelin parfois. Le parti n’a pas de page officielle ».

Pour la période étudiée la popularité des pages étudies sont très faibles en effet 3451 fans pour l’UPC contre 3504 fans pour le MPP. Ses chiffres gagneraient à être augmenter grâce à une sponsorisation des pages afin d’en augmenter les fans qui pourraient être utilisés comme cybermilitants. Dans son étude Bationo Tahirou propose des actions de cybermilitants afin de rendre les partis politiques présents sur la toile et surtout de transformer des fans en militants. En outre il estime que la fonction d’information n’est pas la seule à être utilisée. D’autres fonctions tel que la promotion, la mobilisation et l’interactions sont à exploiter sur les pages Facebook afin de les rendre plus efficaces.

Facebook constitue un réservoir non négligeable de partisans  pour les partis politiques. La prédominance des réseaux communautaires lors de l’élection américaine de B. Obama a également largement confortée cette idée selon laquelle le numérique serait une véritable ressource politique. Ce serait à la fois un moyen de rendre le candidat plus accessible ; un catalyseur de l’engouement pour un candidat ; une plateforme d’idées ; une remise en cause des structures d’autorités et des hiérarchies ; une réintégration de certaines couches sociales – notamment les jeunes – au débat démocratique ; un nouvel outil de récolte de fonds ; un palliatif au déclin des structures associatives ; ou encore, un soutien aux actions locales.

Le jury a estimé que le travail de recherche était novateur et méritait plus d’attention dans le contexte socio-politique du Burkina. Raison pour laquelle il a exhorté le Bationo Tahirou à travailler plus et de faire du fruit de ses recherches un document pionnier qui pourrait servir à la jeune génération. C’est pourquoi il lui attribué une note de 16/20.

Share Button
The following two tabs change content below.

REDACTION

OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.

REDACTION

OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.