Burkina Faso: Un faux policier viole une fille et écope de 2 ans de prison

Un homme de quarante ans qui se faisait passer pour un policier et auteur d’un viol sur une jeune fille a été condamné à deux ans de prison ferme par le tribunal de grande instance de Nouna.

Selon l’information rapportée par le doyen des quotidiens burkinabè, les faits se sont déroulés dans la nuit du 06 juillet à Nouna alors que la jeune fille et le père de son enfant discutait dans l’enceinte d’une école sise au secteur 5 de la ville.

Un homme fit irruption sur les lieux, leur demandant ce qu’ils y faisaient à une heure tardive, avant de réclamer leurs pièces d’identité.

Emission Digitale Actu 2

Emission Digitale Actu 2 Présentation Tahirou BATIONO dit Garnett - Affaire Trankillos : les internautes réagissent - Netflix dépasse les 200 millions d’abonnés - YouTube et Facebook prolongent leurs suspensions de Donald Trump - Jack Ma réapparaît dans une vidéo mais n'explique pas les raisons de sa disparition #digitaleactu #garnett #bationotahirou

Publiée par Wakatt Communication sur Samedi 23 janvier 2021

Le faux policier  exigea ensuite les papiers de la bicyclette du jeune homme, qui ne l’avait pas sur lui. C’est alors qu’il lui demanda se présenter immédiatement à la police avec lesdites pièces, pendant que lui allait conduire la fille au commissariat où tous les faits allaient être élucidés.

C’est ainsi que lefaux policier  l’a conduite hors de la ville, l’a déshabillée de force avant de la violée puis l’a ensuite déposée à son domicile. Le lendemain, accompagné du père de son enfant, elle s’est rendue au poste de police pour une plainte.

A la barre, le prévenu a expliqué n’avoir jamais exhibé sa qualité de policier et n’avoir pas forcé la demoiselle à l’acte sexuel. Il soutient n’avoir jamais su que le fait d’avoir des relations sexuelles avec une fille qui n’a pas dit non et qui n’a pas dit oui était un acte malveillant.

Pour le procureur, même si le violeur ne s’était pas présenté comme étant un policer, il a eu une attitude qui indique qu’il en réclamait les attributs. Il a par ailleurs qualifié les faits de très graves et ne pouvant être justifiés aucunement.

Il a donc été poursuivi pour usurpation de titre et viol. Le président du tribunal  a déclaré le prévenu coupable de tous les faits à lui reprochés et, en répression, l’a condamné à une peine d’emprisonnement ferme de 24 mois.

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.