Dialogue social: Les Gestionnaires des Ressources Humaines en sit-in pour 72 heures

Le Syndicat National des Gestionnaires des Ressources Humaines de l’Administration Publique (SYNAGRH) observe depuis ce matin 15 mars 2017 un mouvement de sit-in de 7 heures à 12 heures devant le Ministère de la Fonction Publique, du Travail et de la Protection Sociale (MFPTPS) et services affiliés.

Du contexte du mouvement d’humeur

Selon le SG du SYNAGRH, le manque de dialogue ou tout au moins la volonté de dialogue est à l’origine de ce blocus. En effet, il pointe un doigt accusateur sur la direction du Ministère de la Fonction Publique, du Travail et de la Protection Sociale. Pour Souleymane ZOROME, « aucun cadre de concertation ou d’échanges n’est initié depuis 2015 que nous avons introduit notre plate-forme ». En outre, il soutient qu’il est vrai que les rencontres gouvernement-syndicats sont souvent tenues, mais il faut un cadre sectoriel. Car estime-t-il, les décisions qui y sont prises sont des décisions d’ordre général. « Il appartient aux différents services de s’assoir autour d’un cadre pour voir réellement qu’est-ce qu’il en est. » Selon le SG, l’Union d’action syndicale rencontre le gouvernement il est vrai ; mais « savez-vous qu’il y a plus de 175 syndicats qu’elle est censée représenter ? » Alors il faut que les autorités comprennent que le dialogue tant prôné par eux ne doit pas être un leurre.

De la responsabilité

ZOROME Souleymane rappelle que bien entendu ce n’est jamais de gaité de cœur que les agents observent un arrêt de travail. « Nous avons des enfants et sommes responsables ; seulement à un moment donné, les responsabilités doivent être situées afin que les considérations des travailleurs soient prises en compte ». Regardez actuellement comment on recrute les gestionnaires des ressources humaines à travers les concours. Ce n’est pas normal ajoute-t-il.

Des motifs

En rappel, les motifs précédemment cités dans leur déclaration de sit-in sont les suivants :

-la non-application du principe d’harmonisation de l’indemnité sigaspe entre les agents des finances et ceux du MFPTPS dont la date d’effet était prévue pour le 1er juillet 2016, suivant le procès-verbal de concertation du 08/07/2016 ;

-la non-tenue de rencontres d’échange et de concertation entre le syndicat et les autorités du MFPTPS sur la plate-forme revendicative déposée auprès du Ministre en charge de la fonction publique depuis le mois de mars 2016 ;

-la non-relecture de l’arrêté-conjoint n°2012-018/MFPTSS/MEF du 21/12/2012, relatif aux rétributions liées aux opérations des concours de la fonction publique.

Le mouvement de protestation est censé perdurer jusqu’à vendredi 17 mars, voire se transformer en une grève de 72 heures à partir de la semaine prochaine.

 

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.