Gestion des Frontières : Encore du matériel à disposition de la Police Nationale

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), en collaboration avec l’Ambassade du Japon au Burkina Faso, a fait don de motocyclettes et de matériel de communication à la Police Nationale, le mardi 21 mars 2017. La cérémonie de remise a été présidée par le Ministre d’Etat, Ministre de la Sécurité, Simon Compaoré.
D’un coût de plus de 54 millions de F CFA, le matériel et les équipements destinés aux services de police au Sahel, sont constitués de vingt-cinq (25) motocyclettes de marque Yamaha YBR 125G, trente (30) GPS et de cinquante-cinq (55) téléphones satellitaires. Cette remise, foi du Directeur Pays du PNUD, Corneille Agossou, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Gestion des frontières pour la stabilité et la sécurité humaine au Sahel ». Il a émis le souhait que le Japon et d’autres partenaires du Burkina Faso puissent continuer à s’investir dans le secteur de la sécurité, en soutenant notamment les initiatives développées par le Gouvernement Burkinabè. L’Ambassadeur du Japon au Burkina Faso, S.E.M. Masato Futaishi, a pour sa part, rassuré de la détermination de son pays à tout mettre en œuvre pour accompagner les Etats de la région du Sahel, dans leurs efforts individuels et collectifs de promotion de la paix, de la stabilité, de la sécurité humaine et du développement.
Le Ministre de la sécurité s’est dit très ému du geste du PNUD qui va contribuer à renforcer les capacités opérationnelles des services de sécurité à la frontière. «Ce sont des actions multiformes qui doivent concourir à stabiliser et à sécuriser davantage la région du Sahel », a soutenu Simon Compaoré.
Au nom du gouvernement, le Ministre d’Etat a traduit les remerciements du peuple Burkinabè aux donateurs et les a rassurés que le matériel ira sur le terrain dès ce 21 mars. « Ces motos ne doivent pas tomber entre les mains de l’ennemi, sinon on aurait fait une œuvre inutile. Elles doivent être bien utilisées pour défendre notre territoire, les populations et leurs biens », a insisté le ministre.
Notons que le projet « Gestion des frontières pour la stabilité et la sécurité humaine au Sahel », a pour objectif de contribuer à la stabilité régionale, en mettant un accent particulier sur les régions frontalières au Sahel, dans le cadre global de la Stratégie Intégrée des Nations Unies pour le Sahel. Il est mis en œuvre dans les cinq (5) pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) et est entièrement financé par le Gouvernement du Japon.
La Direction de la Communication et de la Presse Ministérielle du Ministère de la Sécurité

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.