Interpellation de François Compaoré: la réaction de plusieurs personnes impliqué dans le dossier.

Share Button

À bord du vol Air France AF703 en provenance d’Abidjan, François Compaoré a été interpellé ce dimanche 29 octobre par la police française à son arrivée à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle, peu après 6h du matin. une arrestation qui a fait réagir plusieurs personnes impliquées dans le dossier Norbert Zongo

Génévieve Zongo, Epouse de Norbert Zongo

« Je me réjouis de cette arrestation. Depuis longtemps nous attendons l’aboutissement de ce dossier. Ça fait bientôt 18 ans que nous tournons en rond. Nous attendons maintenant la suite. J’espère que ça ira jusqu’au bout pour qu’on connaisse enfin la vérité, que ce dossier soit jugé et que les coupables soient condamnés à la hauteur de leur forfait. Je veux connaitre la vérité dans ce dossier. Une fois que tu sais qui a tué ton mari, déjà tu es un peu apaisée que la justice se fait, mais quand on garde le silence, ça ne peut pas aller », confie-t-elle.

Me Bénéwendé Sankara, avocat de la famille de Norbert Zongo
«Nous applaudissons cette arrestation. S’il y a un mandat d’arrêt international lancé contre lui depuis le mois de mai, et qu’on arrivé maintenant à l’interpeller, notre souhait est qu’il soit extradé purement et simplement vers le Burkina Faso pour nous permettre d’avancer dans le dossier Norbert Zongo. Il y a certainement des charges qui pèsent sur lui, et le juge -bien entendu avec la garantie d’un procès équitable avec tous les principes liés aux droits de la défense- voudrait l’entendre. Il dit dans Jeune Afrique qu’il est serein. Cette sérénité doit aller jusqu’au bout : il ne doit pas s’opposer à son extradition.»

Chrysogone Zougmoré, président du MBDHP
«Nous attendons la suite. Nous souhaitons qu’il puisse être extradé pour faire avancer la procédure dans le cas du dossier Norbert Zongo.  Et comme vous le savez également, dans le cadre de l’insurrection populaire, nous avons demandé qu’il soit extradé afin de pour expliquer ce qui a pu se passer juste avant les 30 et 31 octobre 2014 et pendant l’insurrection. Il y a eu des morts et des blessés qui trainent encore aujourd’hui leur douleur. Nous souhaitons donc que cela puisse être clarifié à la faveur d’une éventuelle extradition au Burkina Faso. C’est l’ensemble des différents moyens de pression que nous avons mis en œuvre -déclarations, conférences de presse, marches-meetings- qui commencent à porter fruit.  Je ne dis pas que c’est uniquement cela, mais je pense que ce que nous avons pu mener comme actions ces dernières années ont contribué à ce qui se passe aujourd’hui. M. François Compaoré est soupçonné d’avoir trempé dans différents crimes et il est normal qu’il s’explique sur ce qui lui est reproché. S’il estime qu’il n’a rien fait, la justice avisera. Mais s’il est reconnu coupable, des faits qui lui sont reprochés, la justice avisera également.»

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.