Situation nationale: Quand l’UNAPOL prévient la hiérarchie…

Ceci est la communication officielle de L’UNAPOL de l’après conférence de presse tenue hier 20 mars 2017 à Ouagadougou.

En effet, le Centre National de Presse Norbert Zongo a refusé du monde hier dans l’après-midi. Comme nous vous l’annoncions, l’UNAPOL a donné une conférence de presse au CNP-NZ. Cette conférence de presse avait pour objet :

– d’éclairer les journalistes et à travers eux l’opinion publique burkinabé sur les remous au sein de la Police Nationale, relativement à la Gestion du Service Payé (rémunération émanant des prestations de service assurées par la Police Nationale au profit de particuliers.)

– d’informer et de prendre à temoins l’ensemble des burkinabé sur l’immobilisme du Ministre de la Sécurité quant à donner une suite à la plate-forme revendicative minimale d’UNAPOL.

Il faut noter que cette plate-forme soulève entre autres le maillage sécuritaire, les moyens matériels pour faire face à la criminalité, la gestion du fameux service payé ainsi que la correction des incongruités de la loi 45.
Bien d’autres points dont la situation sécuritaire, la questions de la radiation injuste de certains policiers en 2011, l’action des koglweogos ont été discutés.

L’UNAPOL qui s’est inscrit dans une logique de dialogue et de communication n’exclut pas de lever le ton et d’user de tous les moyens à sa disposition dans les jours à venir si une réponse satisfaisante n’est pas donnée.
Que la hiérarchie arrête de se fourvoyer en arguant que L’UNAPOL, n’ayant pas le droit de grève, n’a pas de moyen de pression. Elle se meprend royalement et le comprendra quand ce sera tard. Ce serait tant pis pour eux, mais aussi pour ceux qui les écoutent.

D’ores et déjà, l’UNAPOL s’excuse auprès des laborieuses populations pour les désagréments qu’elles viendraient à subir consécutivement au mouvement du syndicat. Il reste entendu que la raison d’être des policiers est de veiller à la satisfaction des préoccupations sécuritaires des populations. Il reste tout aussi entendu que cela ne peut se réaliser sans une réelle volonté politique des dirigeants de mettre ce qu’il faut là où il faut. Les moyens, mais aussi et surtout les hommes.

LE SECRÉTARIAT À LA COMMUNICATION ET AUX RELATIONS EXTÉRIEURES.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.