Tentatives d’enlèvement d’enfants : La police de Gourcy en alerte

Share Button

A Gourcy, région du Nord située à 45 km de Ouahigouya, les éléments de sécurité sont en alerte. En effet, ils recherchent activement des individus responsables de trois tentatives d’enlèvement d’enfants au secteur 3 de la ville. Le commissaire Pascal Ilboudo, directeur provincial de la Police Nationale (DPPN) du Zondoma a donné des explications sur cette affaire qui crée depuis la psychose dans la province du Zondoma.

Les faits

Selon le commissaire Pascal Ilboudo, le 2 février 2017 dernier, le commissariat de Gourcy a été saisi par une infirmière, venue porter plainte contre des individus qui se seraient introduits dans son domicile pendant qu’elle était au service. En effet, dans sa déclaration, elle a indiqué que la fille de maison, la bonne dans le langage courant, aurait été invitée par les inconnus qui se sont présentés comme ses collègues à leur remettre son enfant afin qu’ils l’amènent à son service. Ce pour quoi, le refus de la fille de maison a été catégorique, ce qui a amené les individus à tenter de la forcer pour partir avec l’enfant.

Mais la fille a, en plus de leur résister, eu le réflexe d’appeler au secours, faisant ainsi échouer l’enlèvement du nourrisson par les ravisseurs qui ont pris la fuite sur une moto de marque Sanily.

En outre, le même scénario se serait répété le 6 février chez une autre dame, et encore, pour une troisième fois, en cette matinée du mercredi 15 février 2017 aux environs de 9h. Pour ce cas précis, le plaignant aurait rapporté aux policiers que selon la fille de maison, les malfaiteurs seraient venus à bord d’un véhicule noir de grand gabarit avec une femme à bord. La vigilance de cette fille de maison a permis d’éviter l’enlèvement une fois de plus. Pour la précision, le DPPN a souligné que les trois tentatives se seraient passées dans la matinée en pleine heure de service et dans le même secteur 3 qui concentre une forte population de fonctionnaires.

Des dispositions pour mettre hors d’états de nuire les malfrats

D’après le commissaire Ilboudo, ses éléments sont, depuis la première tentative, sur le terrain pour tenter de débusquer les malfrats. Des patrouilles journalières et nocturnes sont discrètement faites en permanence pour veiller à la sécurité des citoyens. Comme il convient en de pareilles circonstances, le commissaire a insisté sur la participation des populations pour venir à bout de l’insécurité. Du côté du service de communication du commissariat, un communiqué radiophonique, en large diffusion sur les ondes de la radio locale, appelle les populations à la vigilance par l’observation de certaines mesures.

Enfin, il s’agira de l’interdiction aux gardes d’enfants de remettre ces derniers à des inconnus, l’interdiction de communiquer avec des inconnus au téléphone pendant les moments d’absence de leurs maitresses ou patronnes, d’alerter la police ou la gendarmerie sur les numéros verts (16 ou 17) etc. en cas de situation suspecte… « Face à la situation qui prévaut, je sollicite ardemment la bonne collaboration des populations avec les services de sécurité pour nous aider à arrêter ces individus dangereux » a demandé le DPPN.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.