Burkina: Intégralité du discours du ministre en charge de la sécurité ce jeudi 4 février 2016

Chers Collaborateurs
Mesdames et Messieurs les représentants des médias



La première grande rencontre avec les médias depuis notre prise de fonction, m’offre l’opportunité de vous traduire, les remerciements du département de l’Administration du Territoire et de la Sécurité Intérieure, pour l’accompagnement et la disponibilité dont vous avez fait preuve pendant les terribles épreuves qu’a connu notre pays.
Cette première rencontre avec vous, nous l’avons voulue pour d’abord répondre à vos multiples sollicitations qui sont parvenues à nos services et vous livrer ensuite une série d’informations sur les faits d’actualité de notre département ministériel avant de nous soumettre à vos questions.

Dans la nomenclature des ministères qui composent le gouvernement du Burkina Faso, il a plu à leurs Excellences Monsieur le Président du Faso et Monsieur le Premier Ministre, de créer un département chargé de l’Administration du territoire, de la décentralisation et de la Sécurité Intérieure dont la responsabilité nous échoit aujourd’hui.

Cette structuration est le signe que le gouvernement en adéquation avec le programme de mandat de Son Excellence Monsieur le Président du Faso, place les questions de sécurité, de civisme, de bonne gouvernance et de décentralisation au centre de ses préoccupations. Le regroupement des départements de l’Administration Territoriale et de la sécurité participe de la mise en commun des ressources et de la recherche de l’efficience et de l’efficacité dans nos actions dans ces domaines ci.

Comme vous vous en doutez, un travail de réorganisation s’impose à nous, en fonction de nos objectifs de résultats eux-mêmes découlant de la lettre mission que son Excellence Monsieur le premier Ministre nous a transmis.
Ce travail de regroupement, de redéploiement et d’ajustement des services est en cours.

Dans un contexte sous régional caractérisé par la recrudescence du grand banditisme et la multiplication des actes terroristes, la sécurité des biens et des personnes demeure notre priorité car elle est la condition sine qua non à la relance des activités économiques dans notre pays.

Certes, la sécurité nécessite beaucoup de moyens, des hommes, de l’argent et du matériel. Mais, en la matière, l’expérience a prouvé que l’efficacité de toute la structure repose sur les renseignements, la collecte d’informations. Toute chose permettant de démanteler des réseaux et d’éviter ainsi, le passage à l’acte. Dans ce domaine, nous nous attèlerons au renforcement des capacités opérationnelles de nos forces, ce qui passera nécessairement par la mise en œuvre de mesures permettant une adaptation des hommes et du matériel en fonction de l’évolution de la menace. C’est le lieu pour moi de remercier l’ensemble de nos concitoyens organisés au sein des comités de vigilance dont l’action produit déjà des résultats probants sur le terrain.

Nous poursuivrons la mise en place de ces structures et leur encadrement par nos services habilités en vue d’éviter toute dérive. Désormais, la sécurité du territoire incombe à chaque burkinabè où qu’il se trouve ; n’hésitez donc pas à remonter toute information susceptible d’éclairer les forces de défense et de sécurité par le canal des numéros verts disponibles ou en utilisant les ressorts de l’administration.

Un autre défi de mon département et pas des moindres c’est la restauration de l’autorité de l’état face à l’incivisme généralisé et à la défiance de certaines populations. De la cellule familiale à la rue, en passant par les écoles et nos lieux de travail le retour de la discipline et du civisme est une œuvre de longue haleine à laquelle chacun doit prendre part. Information et sensibilisation seront nos principales actions à ce niveau mais in fine force doit rester à la loi.

Au-delà de la préoccupation centrale qu’est la sécurité, mon département s’investira dans le renforcement de la décentralisation, levier incontestable du développement de nos communautés à la base. Ce travail se mènera d’abord avec les délégations spéciales en service actuellement puis avec les conseils municipaux qui seront issus des élections du 22 mai prochain. Là aussi comme vous le savez, les attentes de nos populations sont très grandes ; entre les questions de lotissement, de gestion foncière ou simplement d’impulsion du développement à la base, les défis dans le domaine de la décentralisation sont multiples.

C’est pourquoi, nous travaillerons :
à la formulation de nouveaux référentiels stratégiques de la décentralisation. Le cadre stratégique de la mise en œuvre de la décentralisation ayant pris fin en 2015 ;
à la poursuite des transferts de ressources et de compétences de l’Etat vers les collectivités ;
à la promotion de la gouvernance locale participative ;
et à la réussite des élections municipales du 22 mai prochain.
Le décor est campé, sécuriser le territoire national, donner plus de place à la décentralisation dans le processus de développement en renforçant ses principaux leviers tout en ayant procédé au préalable à une réorganisation de nos services telles sont les tâches urgentes auxquelles nous nous soumettrons.
Au moment de clore mon propos, je voudrais une fois de plus adresser mes remerciements aux jeunes organisés à travers les structures de veille pour leur contribution dans les actions de sécurisation du territoire. Mes remerciements s’adressent également à l’ensemble de nos concitoyens pour l’immense élan de solidarité dont ils ont fait preuve suite à l’ignominie et à la barbarie qui ont frappé notre pays.

Je n’oublie pas mes principaux collaborateurs des forces de défenses et de sécurité, eux qui quotidiennement au risque de leur vie font face à ces phénomènes venus du fond des âges.
Certes, le chantier est vaste mais nous avons les femmes et les hommes qu’il faut, des idées innovantes et notre ferme engagement à faire bouger les lignes.

Pour y parvenir, j’en appelle à la collaboration de tous.

Je vous remercie !




[metaslider id=1560]

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.