Burkina: des poupées noires pour l’Afrique noire

Share Button

“Quand j’étais petite, je n’avais que des poupées blanches. C’est bien que des petites Africaines puissent jouer avec des poupées africaines”, sourit Ina Diallo, étudiante, en découvrant au Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (Siao), des poupées à la peau noire. “C’est la première fois que j’en vois!”

“Afrique noire, poupées blanches”, c’était en quelque sorte la règle mais des artistes ou artisans ont commencé à changer la donne.

Au Siao, plus grande foire artisanale d’Afrique (26 octobre au 4 novembre), Charles Maevi, venu de Lomé, capitale du Togo, vend des poupées à la peau noire.

Il explique devoir convaincre du bien-fondé de sa démarche: “Certaines familles disent que ces poupées vont faire peur aux enfants à la maison!

Eux-mêmes, depuis qu’il sont petits, ils sont habitués à voir des poupées blanches! Parfois, il faut leur expliquer, les faire revenir à la raison pour qu’ils achètent”.

“On essaie de changer les mentalités. A un moment donné il faudrait qu’on consomme ce qui vient de chez nous!”, clame l’artisan qui n’utilise que des produits locaux. Il se sert notamment de calebasses pour les têtes de certaines séries de poupées décoratives.

“Moi, aussi quand j’étais petite, je n’avais que des poupées blanches en plastique!”, s’exclame la Burkinabè Abibou Mare, qui expose aussi au Siao. “Ma mère ne me donnait souvent que l’emballage pour pas qu’on les abime. On était beaucoup de frères et soeurs…”

“Alors, je me suis dit qu’un jour je ferai des poupées!”, raconte Abibou. L’artiste formée en Côte d’Ivoire à l’Institut pour la promotion des arts conservatoires (Ipac) et au Centre ivoirien des métiers de la couture et de la confection (Cimeco), a tenu parole et fondé autour de sa passion pour les poupées l’entreprise Poupéemania en 2000.

– “S’identifier à la poupée” –

Ses poupées “Doudoune”, “Saramani” et le garçon “Mamouni”, ont la peau marron.

A l’atelier d’Abibou, trois femmes attachent des cheveux en laine noire à la tête des poupées.

“C’est le plus long et le plus difficile. On doit piquer et attacher pour chaque mèche”. Djamiliatou Djambre, une des ouvrières, explique qu’il faut en moyenne une journée entière pour faire la chevelure d’une seule poupée.

“Les cheveux sont un des atouts des poupées. Elles ont les cheveux crépus comme nous. Les jeunes filles peuvent les tresser, leur mettre des chouchous, les natter… Ça commence là ! Les jeunes filles peuvent s’identifier à la poupée”, explique Abibou.

Ses poupées sont entièrement faites à la main et ensuite habillées avec des pagnes colorés burkinabè, ivoiriens, nigérians ou ghanéens. “Doudoune” est vendue 13.000 francs CFA (20 euros).

L’entreprise était florissante jusqu’en 2016, date de la première attaque jihadiste à Ouagadougou, la capitale burkinabè depuis touchée à deux autres reprises, alors qu’une partie du pays, où les attaques sont récurrentes, est désormais considérée comme une zone rouge par les chancelleries occidentales qui les déconseillent aux touristes.

“Avant j’employais 11 personnes mais maintenant on est redescendu à six. Il y a beaucoup moins de touristes qui viennent. Je vendais beaucoup aux magasins des hôtels ou directement aux visiteurs… Mais surtout les acheteurs en gros ne se déplacent plus au Burkina. Avant ils visitaient l’atelier et passaient des grosses commandes”, regrette Abibou qui exporte en France et au Royaume-Uni notamment.

Mais, elle espère que l’activité va reprendre car comme elle le souligne :

“On jouera toujours à la poupée!”

AFP

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.