Ouaga24

La passion de l'info

Société

Burkina Faso post Blaise Compaoré: Chronique d’un État en déliquescence socio-politique et économique

Share Button

BURKINA FASO POST-Blaise COMPAORÉ: Chronique d’un État en déliquescence socio-politique et économique, conséquence d’un niveau de dégénérescence morale jamais égalé dans ce bout de terre latéritique rouge naguère réputé en Afrique de l’Ouest pour l’intégrité enviée de ses habitants.

En effet, dans un pays où le mensonge enrobé de populisme est érigé en principe de gouvernance, il coule naturellement de source que s’invitent vigoureusement dans la gestion des affaires de l’État d’autres vices farouchement brandis à cors et à cris à très forte dose d’incivisme savamment distillé avec véhémence pour provoquer l’avènement des événements de fin octobre 2014.

Ironie du sort, les mêmes maux décriés ayant servi d’alibis dans l’assouvissement de la vengeance par procuration, via la manipulation des consciences, refont surface avec une intensité exponentielle une fois la haine vengeresse contre l’ordre ancien exécutée, ô comble de l’outrecuidance, par les piliers de ce même ordre ancien s’étant opportunément posés en ses pires pourfendeurs!

Des exemples de la très forte résurgence de ces vices sont si légions qu’il est fastidieux de les énumérer exhaustivement. Principalement, nous nous contenterons de rappeler quelques cas emblématiques qui ont défrayé la chronique, notamment des nominations népotistes et gabegiques, exclusivement donc par copinage sans aucun égard pour la compétence et pour l’absence de finances dans les caisses de l’Etat pourtant chantée par les dirigeants du Burkina Faso nouveau!

Et comble de l’ironie, l’incivisme enseigné sans retenue aucune aux masses populaires pour obtenir le pourrissement accéléré du climat socio-politique, indispensable à la chute de l’ancien régime, voici qu’il est si bien adopté par ses destinataires qui y ont pris goût en en faisant leur, pour…le retourner aujourd’hui, exactement comme cela leur a été enseigné, contre leurs maîtres d’hier aujourd’hui au faîte du pouvoir!

Entre autres cas illustratifs de cet incivisme devenu un fléau social gravissime, l’incendie survenu récemment de la mairie de la commune de SAPONÉ, à quelques encablures de la ville de Ouagadougou, par ses propres administrés appartenant tous au parti MPP au pouvoir. Ce, juste pour régler un différend électoral sur la gestion de cette commune!

Madame le Médiateur du Faso saisie de ce dossier épineux aux causes en réalité plus profondes que celles à elle exhibées précipitamment par les protagonistes de cette crise, peine ainsi considérablement à la désamorcer, ignorant totalement les vrais tenants et aboutissants de cette affaire explosive!

Ce déficit de sincérité dans l’exposé des raisons de l’explosion de la crise de SAPONÉ, force est hélas de relever qu’il est affectionné par le pouvoir politique central régnant du Burkina Faso à l’égard de l’opinion publique nationale burkinabé, comme en attestent les nombreux mensonges servis par les plus hautes autorités politiques dirigeantes sur l’état de santé économique du pays!

Rappelez-vous dans ce registre de l’emprunt du mensonge insultant l’intelligence collective nationale, les propos récemment tenus par le premier ministre Paul Kaba TIEBA où il soutenait, toute honte bue, que le Burkina Faso jouissait d’une bonne santé financière et économique!

Quelque temps après, il y a à peine quelques jours de cela aujourd’hui, le président de l’assemblée nationale lui emboîtait le pas en déclarant avec le même aplomb insultant, que le Burkina Faso détient pour 2016/2017 le plus fort taux de croissance économique!

Quelle irresponsabilité, quand on sait que dans le même temps le gouvernement rechigne à accéder aux revendications salariales des enseignants qui, à travers leurs différents syndicats, créent de vifs remous compromettant l’aboutissement heureux de l’année scolaire en cours actuellement!

Parce que si l’embellie économique revendiquée était réelle, c’est sans aucune peine que les enseignants auraient eu gain de cause: cela relève du simple bon sens naturel des choses!

Comment du reste cela le pourrait être, quand on connaît le niveau historiquement jamais égalé de l’insécurité dans notre pays, avec deux attaques terroristes perpétrées en l’espace de quelques mois quasiment au même endroit dans la capitale, précisément sur l’avenue Kwamé N’KRUMA, et toute la région nord du pays frontalière avec le Niger et le Mali où nos populations civiles et militaires sont constamment et quotidiennement harcelées par les groupes terroristes y essaimant?

Il coule de source ici aussi que le préalable indispensable à toute activité économique florissante, c’est la sécurité de l’investissement par une sécurisation de l’environnement des affaires!

Si fait qu’aucun investisseur conscient ne se risquera à injecter ses billes dans un pays en proie à une insécurité chronique, si ce n’est pour y vendre des armes!

C’est pourquoi les promesses de financement du Programme présidentiel National de Développement Économique et Social (PNDES), faites à Paris l’an passé en 2016, n’ont toujours pas vu un début d’effectivité!

Alors, il urge que le pouvoir MPP régnant actuel apprenne à se responsabiliser, en apprenant à se familiariser avec les principes fondamentaux d’une bonne probité morale!

Il le faut, pour amoindrir les effets du naufrage collectif où il a embarqué tout le pays!

Combien de temps encore pourrait durer le recours aux emprunts obligataires pour payer les salaires des fonctionnaires?

Combien de temps encore aussi le secteur privé, pourvoyeur d’emplois pour la majorité des actifs au Burkina Faso, pourra supporter les vives convulsions où il est plongé depuis un moment certain?

DIEU SAUVE LE BURKINA FASO DE L’ÉGOCENTRISME PRÉDATEUR DE SES FILS ET FILLES!

Mahamoudou Soulama

Ajouter un commentaire

OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.