BURKINA: la lutte anti-terroriste , une bataille sans fin pour le gouvernement

Plus d’une vingtaine d’attaques, plus de 70 pertes en vie humaine, 6 groupes armés , des personnes enlevées , c’est le bilan dressé par le Ministre d’État Simon Compaoré lors d’un point de presse ce vendredi dans la capitale Burkinabé. 

“Les groupes qui sont à nos portes et harcèlent fréquemment les positions des FDS en commettant des actes terroristes (enlèvements, assassinats, violences)” sont essentiellement :

  • AQMI
  • ALMOURABITOUN
  • ANSAR EDDINE
  • LE FRONT DE LIBERATION DU MACINA(FLM)
  • L’ETAT ISLAMIQUE AU GRAND SAHARA(EIGS)
  • ANSAROUL ISLAM de Malam Boureima Dicko

En plus des groupes armés terroristes qui constituent une menace directe pour le Burkina et la sous-région, des groupes armés bandits ou certains groupes signataires des accords de Paix avec le gouvernement malien écument la zone et constituent des préoccupations sécuritaires. Les modes d’actions des groupes sont entre autres :

  • Harcèlement des positions des Forces de Défense et de sécurité(FDS)
  • Instauration de la psychose pour empêcher la collaboration des populations locales ;
  • Assassinats ciblés (Imams, personnes ressource ; élus locaux)
  • Enlèvements d’occidents suivis de demande de rançons ;
  • Attentats dans les lieux de grandes fréquentations
  • Attaques d’envergure, embuscade et coup de main
  • Utilisation des engins explosifs improvisés

Le bilan des enquêtes fait état de l’interpellation de 70 suspects impliqués dans les attaques terroristes. Elles ont toutes été suivies de procédures judiciaires. Parmi ces personnes interpellées figurent Ould Baba Ould Cheickh (commanditaire principal des attaques du Cappuccino et l’Hôtel Splendid) et Ibrahim Ould Mohamed (transporteur d’armes), anciens pensionnaires du site de réfugiés de Mentao à Djibo, a indiqué le colonel Serge Alain Ouédraogo, chef d’Etat-major adjoint de la gendarmerie nationale. Tous deux acteurs de l’attaque du restaurant Cappuccino et Splendid Hôtel le 15 janvier 2016.

Face à la menace terroriste un certain nombre d’actions a été engagées  afin de combattre de manière formelle. Au moins sept opérations ont été menées par le FDS (Armée, Police, Gendarmerie) et d’autres sont toujours en cours :

  • Opération SENO à l’Ouest et au Nord-Ouest ( en partenariat avec les FDS du Mali)
  • Opération TAPOA à l’EST
  • Opération SEGUERE au Nord
  • Opération conjointes Burkina et Togo  au Centre EST
  • Déploiement  GFAT au Nord et Nord-Est du pays
  • Opérations spéciales ville de Ouagadougou
  • Opérations spéciales zones d’insécurité ( Hauts Bassins, cascades, Sud-Ouest)

A la date d’aujourd’hui plus de 70 suspects impliqués dans les attaques terroristes et la menace djihadistes ont été interpellés et les procédures de justice sont en cours. Il s’agit notamment :

  • Des actions de renforcement des capacités des forces opérationnelles  sont en cours :
  • La composant renseignement  est en pleine montée en puissance
  • Les Forces Spéciales d’interventions sont en renforcement de capacité et d’effectifs ;
  • La coopération avec les pays d’amis et de la sous -région est en pleine expansion ( UE, France, USA ? Niger, Mali, RCI)
  • La police de proximité avec comités locaux de sécurité  est en réorganisation pour prendre en compte la problématique des groupes d’auto défense ;
  • Le renforcement de l’arsenal juridique en matière de répression contre les faits de terrorismes
  • La création de pôles judiciaires spécialisés dans la répression des actes terroristes et la répression des infractions économiques et financières et de criminalité organisée ;
  • La création du conseil national de gestion de la crise terroriste(CNGTC) avec la mise en place du centre unifié de Gestion de crise terroriste(CUDGC)

le ministre de la sécurité Simon COMPAORE exhorte les uns et les autres à coopérer avec nos FDS afin que cette lutte soit effective.

 

 

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.