Burkina : Une marche le 15 mars contre le pillage du foncier par les sociétés immobilières

Share Button

La coalition des associations pour la défense du droit au logement(CADDL) a annoncé jeudi, une marche le 15 mars prochain contre «le pillage systématique du foncier» par les sociétés et agences immobilières.

«Nous lançons un appel à toutes les organisations démocratiques, patriotiques et révolutionnaires à se joindre à la campagne de dénonciation pour exiger de l’Etat, des solutions justes à la crise du logement qui frappe le peuple», a lancé jeudi le secrétaire général du CADDL, Pama Nébié.

  1. Nébié qui s’exprimait devant des journalistes, a invité à une marche-meeting le 15 mars prochain, en direction du ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme pour réclamer  la mise en place d’une meilleure politique,  en matière de logement au Burkina.

On rappelle que Plus de 105 000 parcelles ont été détournées dans une quinzaine de communes au Burkina Faso entre 1995 et 2015, selon une enquête parlementaire  réalisée en  2016.

Selon Pama Nébié, la commission ad’hoc mise en place par le gouvernement pour régler ce passif, est «un travail bureaucratique qui consiste à recevoir seulement des plaintes écrites dans des bureaux tout en refusant de faire un travail d’investigation sur le terrain avec l’implication des populations pour savoir combien de parcelles ont été détournées et volées et trouver les auteurs».

La coalition des associations pour la défense du droit au logement(CADDL) en veut particulièrement aux sociétés et agences immobilières, en plein boom au Burkina Faso.

«Après avoir acquis des centaines d’hectares à bon prix, les sociétés immobilières procèdent à des spéculations foncières inacceptables, compromettant davantage les perspectives d’accès à un logement pour les populations sans emplois et appauvries et en privant les paysans de terres de cultures», narre Pama Nébié.

Il a soutenu qu’ «aucune société immobilière ne construira des logements sociaux car cela est incompatible avec la logique cupide, mercantile et d’accumulation primitive du capital foncier qui est la leur».

La coalition des associations pour la défense du droit au logement(CADDL) s’est également opposée à l’option de la viabilisation des habits spontanés (zones non loties), devant  l’impossibilité de dégager des parcelles pour tous.

De l’avis de M. Nébié «la logique criminelle de restructuration des zones non loties n’est rien d’autre que l’érection de bidonvilles qui seront de véritables camps de concentration humaines aux conséquences sociales désastreuses : insalubrité, insécurité, promiscuité, prostitution, drogue etC.»

En lieu et place de cette restructuration, la CADDL préconise la  construction de logements sociaux à prix abordables au profit des populations vivant dans les zones non loties.

Elle exige aussi des décideurs politiques, la réalisation d’audits sérieux des opérations de lotissements passés, le retrait des parcelles et espaces volés et détournés, la proposition claire de mode de leur réattribution aux populations régulièrement recensées.

Pama Nébié a en outre, sollicité l’arrêt des actions des sociétés immobilières qui compromettent davantage les espoirs des populations d’accéder à des logements décents.

Il a précisé que si les gouvernants ne trouvent pas des solutions à leurs problèmes de logement, ils iront occuper les villas cossues inhabitées qui sont à Ouaga 2000.

Agence d’Information du Burkina

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.