Concours direct de la police : une reculade organisationnelle selon le syndicat de la police




Cinq jours après le début de la réception des dossiers du concours direct de la Police Nationale, L’UNAPOL constate avec consternation le calvaire vécu par les candidats dans les différents sites de réception des dossiers.

Il est surprenant qu’en 2017, pour le recrutement de 2500 élèves policiers, les autorités du Ministère de la Sécurité n’aient pas été capables de décentraliser les sites de dépôts des dossiers comme cela a été fait en 2013.

Véritablement, les autorités du Ministère de la Sécurité manquent de vision et de sens de la planification ou se moquent cyniquement des souffrances endurées par les candidats et leurs parents.

Nombreux sont les candidats qui passent la nuit sur les sites de dépôts ou dans les gares routières. Dans ces conditions peut-on parler d’égalité de chance entre tous les candidats ! Assurément non !

Et dans cette situation déplorable, c’est la Police Nationale qui est incriminée alors qu’en vérité, le coupable est LE MINISTERE DE LA SÉCURITÉ qui organise le concours.

L’autre calvaire sera pour ceux qui réussiront. Une fois à l’Ecole Nationale de Police, pas de place pour tout le monde dans les dortoirs ; manque de salles de classes ; insuffisance d’adduction d’eau etc… Ensuite on se plaindra de la qualité de la formation des agents.
Non, la sécurité ne doit pas se gérer de cette façon. Mais hélas, dommage que ce soit un staff totalement néophyte qui gère le Ministère de la Sécurité.

UNAPOL solidaire de la souffrance des candidats invitent le Ministre de la Sécurité à se ressaisir en prenant ses responsabilités pour alléger la souffrance des candidats et de leurs parents.

Aussi, doit-il se rendre compte qu’il n’y a pas d’amateurisme en matière de gestion des questions sécuritaires.

LE SECRÉTARIAT À LA COMMUNICATION ET AUX RELATIONS EXTÉRIEURES.

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.