Burkina

Fada: un père de famille de 3 femmes et de 18 enfants, membre d’un gang

Share Button

La police régionale de Fada a présenté mercredi à la presse un gang de trois présumés bandits, dont l’un, la cinquantaine, est marié à trois femmes et père de 18 enfants. Le chef du gang, à en croire le commissaire Edouard Ouédraogo, est toujours en cavale.




Le gang de bandits armés qui terrorisaient les alentours de Fada-Ngourma, notamment dans la zone de Koaré et Nagré par des attaques et autres agressions violentes, vient d’être démantelé par le service régional de la police judicaire de Fada-Ngourma.

L’information a été donnée aux hommes de médias ce mercredi 9 mars au cours d’une conférence de presse. Selon le commissaire Edouard Ouédraogo, tout serait parti d’une collaboration d’une personne de bonne foi pour permettre à l’enquête d’évoluer comme sur un chapeau de roue.

«Le 4 novembre 2015, une victime déclare à nos services avoir été agressée à son domicile et qu’il aurait réussi à blesser grièvement l’un des auteurs à l’aide de son fusil de chasse calibre 12mm», poursuit le commissaire Ouédraogo avant d’expliquer aux hommes de médias que cet indice va aider pour la suite des recherches. Selon la victime, la soixantaine bien sonnée, les assaillants sont venus entre minuit et 1h du matin.

«Lorsque qu’ai été alerté par les chiens, je me suis mis à l’affût avec mon arme. Ils étaient au nombre de 4 individus, tous armés. Ils ont forcé mes femmes et mes enfants à dire où je me trouvais et l’endroit de mon arme avant de passer aux fouilles de ma concession. Me sentant coincé et craignant d’être abattu par les bandits, j’ai alors ouvert le feu sur les mâchoires d’un deux. C’est là qu’ils ont commencé a tiré de partout avant de se retirer», soutient le courageux vieil homme.

Les investigations de la police permettront de mettre la main sur 3 individus du réseau parmi lesquels un homme de 50 ans, marié à trois femmes et père de 18 enfants. Le chef du gang, à en croire le commissaire Ouédraogo, est toujours en cavale. Les recherches ont permis de saisir entre les mains des bandits 8 motocyclettes, des documents falsifiés de motocyclettes, des téléphones portables, des armes à feu notamment des fusils de chasse et un pistolet de fabrication artisanale. Des cartouches de munitions, des amphétamines et des fétiches servant à immobiliser les forces de l’ordre ont été également retrouvés avec les malfrats, a ajouté le commissaire Ouédraogo.

Les présumés auteurs d’attaques seront présentés au parquet. La police a saisi l’occasion pour demander à la population toujours plus de collaboration pour venir à bout de ces délinquants qui sèment la psychose.

AIB





[metaslider id=1560]
Ajouter un commentaire

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.