Simon Compaoré à propos des Koglwéogo: « Il ne sera plus question que des gens fabriquent des prisons… »

En marge de la cérémonie d’installation du nouveau gouverneur de la région de l’Est, le Ministre d’Etat, Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité Intérieure, Simon Compaoré, a rencontré le samedi 11 juin 2016, les forces vives de la région. Les échanges ont porté entre autres, sur la sécurité, l’incivisme et les groupes d’auto-défense Koglwéogo.





Face aux forces vives de la région de l’Est, Simon Compaoré a asséné ses vérités. Concernant l’insécurité dans la région, le ministre d’Etat a rassuré les populations, que dans les jours à venir, des actions seront entreprises pour ratisser la zone. « Nous allons faire bouger les lignes…Nous ferons ce qu’il faut pour faire trembler tous ceux qui, chaque jour donnent la misère aux citoyens », a déclaré le ministre en charge de la Sécurité intérieure. Toutes ces actions, selon lui, sont l’expression d’une volonté politique du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Il a invité les populations à une franche collaboration avec les Forces de Défense et de Sécurité et à dénoncer tout cas suspect susceptible de troubler leur quiétude.


Sur les agissements de certains groupes d’auto-défense, appelés Koglwéogo, qui sont contraires aux lois de la République, le Ministre Simon Compaoré,s’est voulu ferme. « A compter de maintenant, il ne sera plus question de tolérer des actes de défiance de l’autorité de l’Etat. Nous n’allons plus laisser un certain nombre d’attitudes fragiliser le socle de ce qui constitue la base essentielle de notre nation. Plus question que des gens fabriquent des prisons, en dehors de celles que la loi reconnaît. Il ne sera plus question d’attacher quelqu’un et d’instaurer des amendes. Nous n’approuvons pas et nous ne pouvons pas approuver les Koglwéogos qui rentrent en ville avec des armes », a mis en garde le ministre d’Etat. Tous les contrevenants, foi de Simon Compaoré, verront les Forces de sécurité et la justice sur leur chemin. « Il n’y a pas deux républiques. Elle est une et indivisible », dit-il. Néanmoins, précise le ministre Compaoré, les bons Koglweogos, qui veulent accompagner les Forces de Défense et de Sécurité, seront encadrés.


Le dernier point de la rencontre a porté sur l’incivisme. Sur ce sujet, Simon Compaoré a indiqué qu’une batterie de mesures est en train d’être exécutée par les Forces de Défense et de Sécurité. Il s’agit entre autres du respect du code de la route, les surcharges, l’excès de vitesse… « Force doit rester à la loi. L’Etat va jouer pleinement sa partition. C’est à la population d’en faire autant », a martelé le ministre Compaoré.
La Direction de la Communication et de la Presse Ministérielle du MATDSI

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.