Une milice a attaqué une mine d'or dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), tuant six mineurs chinois et deux soldats congolais

RDC : Nouvelle attaque en Ituri, huit morts dans une mine d’or

Une milice a attaqué une mine d'or dans le nord-est de la RDC. L'attaque a tué six mineurs chinois et deux soldats congolais, a déclaré jeudi un groupe de la société civile.Il s'agit de la dernière attaque en date alors que la violence s'aggrave dans cette région riche en ressources.

RDC: la CODECO attaque une mine d'or

En effet, L'attaque de mercredi a ciblé le village de Gambala et la mine d'or « Camp Blanquette » en Ituri. Jean Robert Basiloko, membre d'un groupe local de la société civile, a rapporté cette information. Une milice connue sous le nom de Coopérative pour le développement du Congo, ou CODECO, a ensuite revendiqué l'attaque.

L'est de la RDC connaît des combats depuis une décennie entre les forces gouvernementales et plus de 120 groupes armés. Les milices cherchent à obtenir une part de l'or et des autres ressources de la région, ce qui se traduit souvent par des attentats visant des civils. La violence dans la région s'est aggravée au cours des derniers mois, les forces de sécurité luttant contre les milices.

RDC: Détails de l'Attaque

Mercredi, les miliciens ont incendié des maisons avant d'attaquer la mine, gardée par un groupe armé concurrent, la Milice du Zaïre, a déclaré Basiloko à l'Associated Press. Les attaquants ont tué 6 six mineurs chinois et deux soldats congolais. ils ont aussi enlevé deux autres mineurs dont on ignore encore le sort.

Un Conflict Complexe

La CODECO et la Milice du Zaïre participent à un conflit complexe, mêlant ambitions économiques ainsi que luttes de pouvoir. La Milice du Zaïre, une faction dissidente de la CODECO, s'oppose farouchement à ses anciens alliés.

La CODECO est une association peu structurée de groupes de miliciens issus principalement de l'ethnie agricole des Lendu. Selon le Centre africain d'étude et de recherche sur le terrorisme, les attaques de la CODECO ont tué près de 1 800 personnes et en ont blessé plus de 500 au cours des quatre années précédant 2022. Les Nations Unies ont déclaré que certaines de ces les attaques pourraient constituer des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité.

SuivezOuaga24surFacebook,Linkedin?TwitteretInstagrampour ne rien rater de l’actu

Ajouter un commentaire