Tchad : 50 morts, plusieurs blessés

Tchad – la capitale N’Djemena a été le champ d’affrontements entre membres de force de l’ordre de sécurité et manifestants ce jeudi 20 Octobre 2022. Et pour cause,la population dise être dans les rues pour montrer leur mécontentements. Et ce, suite à la prolongation pour 2ans de la Transition dirigé par Itno Mahamat Deby et qui devrait s’achever ce jeudi 20 Octobre.

Tout est parti du 7è arrondissement de la capitale épicentre de la manifestation puis au 9è avant d’embrasser toute les artères de ville. La population à pris d’assaut la ville pour dénoncer la prolongation de la transition.
Toutefois cette marche est interdite par les autorités. C’est ce que signifiait les autorités de la transition. Mais les populations Violent cette décision gouvernemental. Une colère populaire constaté, cela va occasionner un coup dur .

Tchad : une cinquantaine de morts enregistrés


Pour un premier temps 5 morts puis 30 , ensuite « 50 selons nos confrères de TV5Monde et plus de 500 blessés selon des médias locaux.

Wakatt Communication

Parmis, on en dénombre civils comme forces de sécurité.
Ces violences a également emporté le journaliste Oredjé Narcisse

journaliste Oredjé Narcisse

tout comme des artistes dont le rappeur Ray’ skim par ailleurs porte parole du parti le transformateurs.

Ray’ skim


Dans les couloirs de ces violences,des organisations comme LACAT-France une ONG de défense des droits humains dénonce et demande à la France « d’arrêter son soutien tacite » indique nos confrères de TV5Monde.
Une idée dont Paris dénonce et considère comme de « fausse information » et nie toute « implication française dans les évènements » dont Paris considère comme  » Politique intérieur du Tchad » dans son communiqué signé du ministère des affaires étrangères qui d’ailleurs condamne  » les violences »
Au regard de la gravité des violences,un couvre-feu instauré et toute activité politique suspendue.
Pour rappel le 20 Avril à l’annonce de la mort du Marshall Idriss Deby au front, c’est le temps pour son fils le général Mahamat Deby de conduire la destinée du pays pour une durée de 18 mois. Le temps évidemment pour un retour à l’ordre constitutionnel à travers des élections. Ce temps de 18 mois est prolongé de 2 ans. Cause de mécontentements des Tchadiens.
Kabre Sidiki
Ouaga24.com

https://web.facebook.com/ouaga24

Ajouter un commentaire