Attaque de Yimdi: 11 personnes aux arrêt dont un religieux

Share Button

L’état-major général des armées a animé un point de presse ce 23 janvier 2016 sur l’attaque du dépôt d’armement de Yimdi, perpétrée le 22 janvier 2016 aux environs de 4h du matin.



11 personnes, toutes de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP), sauf un civil, ont été à ce jour arrêtées selon la déclarations lues par par le Commandant Mahamadi Bonkoungou, chef du bureau du centre des opérations inter-armées “Suite aux opérations de ratissage, onze personnes dont dix éléments de l’ex RSP et un religieux ont été arrêtés dans le quartier Kouritenga et dans un village situé à 2km de Yimdi. D’autres assaillants que nous recherchons sont encore en  fuite. Nous demandons donc la contribution de la population afin qu’elle nous aide à retrouver ces individus. Ceux qui ont été arrêtés sont en train de témoigner afin de nous dire avec qui ils étaient pendant l’attaque”, a indiqué le commandant Bonkoungou.

Les militaires ont indiqué que les assaillants ont pu s’enfuir avec des armes. Il s’agit de « quelques fusils » indique le Commandant Bonkoungou Mahamadi, mais n’ont pas pu partir avec des munitions car les armes et les munitions ne sont pas entreposées au même endroit. Cependant, quelques roquettes ont été emportées.  Mais « certains ont été retrouvés« , ajoute-t-il. Les enquêteurs, en attendant la suite des enquêtes, privilégient « l’attaque d’infrastructures militaires », précisément la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA)  « où se trouvent certains de leurs responsables qu’ils prétendraient pouvoir libérer ».

Aussi, les photos et les identités des fugitifs sont connues et l’armée va les diffuser prochainement afin que les personnes qui les auraient aperçus puissent alerter les forces de défenses et de sécurités. Parmi les 11 personnes arrêtées, figurent aussi bien des éléments  qui avaient disparus depuis la dissolution du RSP en septembre dernier tout comme ceux qui ont été mutés dans d’autres garnisons de l’armée à Bobo Dioulasso et à Fada n’Gourma. En ce qui concerne une probable collision de ces éléments avec des forces extérieures, l’un des responsables indiquera que les investigations sont en cours et qu’ultérieurement d’autres voix apporteront plus d’éclairage à cette question.

En rappel le dépôt d’armes de yimdi a été pris d’assaut par une vingtaine d’hommes dans la nuit du vendredi autours de 4h , selon un communiqué de l’armée burkinabè, qui attribue l’attaque à d’anciens éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP).




[metaslider id=1560]
 

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.