International

CPI: «Bourde de la Cpi», colère de Mangou,

Share Button

« Ils m’avaient promis l’anonymat le plus total » tels furent les mots qu’a prononcé Philippe Mangou  à un officiel gabonais samedi à Libreville, selon nos confrères de KOACI.COM.





Dans le « Ils » l’ancien chef d’Etat major de Laurent Gbagbo, sous entend ses interlocuteurs de la Cour pénale internationale (CPI), institution qui maladroitement, au hasard d’un potentiomètre de table de mixage resté ouvert, a donné son nom en pâture dans la liste des fameux témoins FDS de hauts rangs évoqués par la procureure, à charge contre Laurent Gbagbo.

Ce personnage de premier plan de la crise muté après crise en ambassadeur au Gabon, n’en aurait pas dormi après être rentré dans une colère folle. Au delà de celui qui invitait vivement devant les caméras à la résistance contre la France, la communauté internationale (ONUCI) ou encore le camps du RHDP d’alors, nous apprenons qu’un autre cité n’est pas plus à l’aise.

Sam l’africain aurait failli s’évanouir quand, il découvrait vendredi la vidéo incongrue de l’institution en charge de juger Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé pour des chefs d’inculpation datant de la crise post électorale. Le libanais déguisé en guéré qui en forçant un semblant d’accent ivoirien, lui aussi parmi les témoins à charge contre l’ancien président, figurent dans la liste des harangueurs de foule et d’opinion pro-Gbagbo de la crise et ce, bien loin des hommes épris de paix ou de raison.

Comme pour Mangou, ses captations vidéos en ce sens ne manquent pas.

Avant que le techniciens ne coupe le son du huis clos en partie « découvert », vendredi les magistrats avaient dévoilé les identités de Philippe Mangou, le général Tiapé Kassaraté, du commissaire divisionnaire Brindou M’bia, Elie Halassou et Sam l’africain parmi les témoins anonymes de premier plan (voir article lié). Malgré une retransmission différé de 30 minutes, la partie polémique n’a pas été supprimée par les services techniques de la Cpi.

Avant de savoir si suivi il y a eu ou pas, tout indique que ce qui apparait comme une bourde, pourrait sonner comme un tournant dans le procès, notamment pour la défense des accusés.




[metaslider id=1560]

 

Ajouter un commentaire

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.