90 adductions en eau potable et 1120 forages dans les régions de la boucle du mouhoun, des cascades, des hauts-bassins et du sud-ouest

Share Button

Le Conseil des ministres s’est tenu, ce mercredi 13 février 2019, en séance ordinaire sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour et entendu des communications orales.

Dans son résumé fait à sa sortie du conseil, le porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, a indiqué qu’au titre du ministère en charge de l’Enseignement supérieur, le conseil a adopté un décret portant modification des statuts particuliers du Fonds national de la recherche scientifique et de l’innovation pour le développement (FONRID).

Il s’agissait de rendre les textes de ce fonds en adéquation avec l’organigramme type des fonds nationaux.

-Au titre du ministère de l’Eau et de l’Assainissement, le conseil a statué sur les résultats de l’appel d’offre du 6 avril 2018 présenté par le ministre en charge de ce dossier.

Cet appel d’offre doit permettre la réalisation de 1220 forages, de 90 forages de gros débit, la fourniture et la pose de 1100 superstructures dans les régions de la Boucle du Mouhoun, des Cascades, des Hauts-Bassins et du Sud-ouest au profit de la direction générale de l’eau potable.

Le coût total de ces réalisations est un peu plus de 8 milliards de FCFA et doivent être achevées en avril 2020, le lancement étant prévue pour mars 2019. « Je voudrais préciser qu’il s’agit, pour les adductions en eau potable, de 40 dans la Boucle du Mouhoun, 21 dans les Cascades, 19 dans les Hauts-Bassins et 10 dans le sud-ouest. Pour ce qui est des forages, il s’agit de 445 dans la Boucle du Mouhoun, 230 dans les Cascades, 330 dans les Hauts-bassins, 215 dans le Sud-ouest », a souligné le porte-parole du gouvernement.

Au titre des COMMUNICATIONS ORALES :
Le ministre de la Justice a fait une communication orale sur la commémoration de la 16è journée internationale « tolérance zéro au mutilations génitales féminines », le 20 février prochain à Ouagadougou avec, dans la foulée, la tenue de la première session annuelle du comité nationale de lutte contre l’excision, le 21 février, suivi du lancement d’un nouveau projet de lutte contre les mutilations génitales féminines dans la région du Centre-est et le lancement d’un concours inter commune dans la région du Plateau central.

DCPM/ Ministère de la communication
et des relations avec le parlement

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.