Burkina: Scandal au sommet de l’état

Ils sont nombreux a se demander ce qui se passe au Burkina Faso notamment concernant les écoutes téléphoniques qui incrimine le Général Djibril Bassolé et le Président de l’assemblée nationale de cote d’ivoire.

En effet depuis la fuite des écoutes téléphoniques sur internet chacun y va de son discours, de ses supputations, et de ses commentaires. Mais chaque sortie médiatique des autorités de la transition est plus qu’attendu par les burkinabes et surtout digne de foi. Retour sur les faits

  • 26 novembre 2015: Le collectif d’avocats de l’ex-ministre burkinabè des Affaires étrangères Djibrill Bassolé s’est indigné mercredi du fait que l’enregistrement controversé commenté dans la presse, présenté comme une « pièce maîtresse » contre leur client écroué pour « haute trahison », ne figure pas dans la procédure.
    « Chacun comprendra l’anomalie exceptionnelle que constitue le fait (…) que l’élément présenté comme étant l’élément essentiel à charge, puisse être commenté au plus haut niveau des autorités ainsi que par les médias, sans qu’il ne se soit trouvé ni hier, ni aujourd’hui, dans le seul lieu où il méritait d’être, c’est-à-dire le dossier de procédure », écrivent les avocats de Djibrill Bassolé, dans un communiqué.
  •  4 décembre 2015 Monsieur Yacouba Isaac ZIDA, Premier Ministre du Gouvernement de Transition a affirmé lors de cette interview au sujet d’une des soi-disant écoutes téléphoniques liées au putsch du 16 septembre 2015 ce qui suit : « Elle est authentique, il n’y a pas de débats. Moi, je ne discute pas sur ces questions-là. Il ne faut pas douter de l’intelligence du peuple burkinabé. Tous ceux qui ont pu écouter ça savent que c’est authentiques, à moins d’être de mauvaise foi » .
  • 23 décembre 2015 Sita Sangaré de la justice militaire dit : « L’Ecoute en tant que telle, l’audition de la bande n’a pas encore eu lieu. C’est une procédure qui est en cours et la procédure d’authentification également interviendra incessamment puisque judiciairement, il faut saisir un expert agrée, par les juridictions, en reconnaissance vocale pour faire cette authentification, et elle le sera », a affirmé le colonel Sangaré.
    Pour le moment, elles ont été retranscrites et reversée dans le dossier scellé pour les besoins de l’enquête.

Les avocats dénoncent le fait que ses écoutes téléphoniques n’existent pas le dossier de leurs clients alors que Sita sangaré de la justice militaire crient mordicus que ses écoutes sont reversés au dossiers. le pire c’est que le premier ministre Yacouba Isaac Zida affirme que ses écoutes sont authentique tandis que le président du tribunal militaire nous dit que l’authentification n’as pas encore eu lieu. ce qui fait dire d’ailleurs aux avocats du Gle Bassolé qu »‘il existe deux  dossiers, un dossier judiciaire et un dossier officieux. Une situation qui met a mal la crédibilité de la justice militaire et surtout le gouvernement de la transition. Alors est de savoir dans cette histoire à qui se fier?

Ajouter un commentaire

Un commentaire

  1. ECOUTEZ N’allez pas marcher sur les aires de la justice Pour ces journalistes, que la justices les blanchise! et quant a vous soyez professionel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.