Conseil des ministres : levée partielle de la suspension des opérations de lotissement

Le traditionnel Conseil des ministres s’est tenu ce jeudi 25 octobre 2018 sous la présidence du chef de l’État, Roch Kaboré.

En attendant de revenir sur l’intégralité de ce Conseil des ministres, nous pouvons déjà retenir que :

Au titre du Ministère de la Sécurité, le Conseil des ministres a adopté sept(07) décrets relatifs à la loi portant statut de la Police nationale. Lesquels décrets étaient nécessaires, selon le ministre de la Communication et des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Remis Fulgance Dandjinou qui a fait le point du Conseil aux hommes des médias au sortir de la rencontre.

Du reste, le porte-parole du gouvernement avait à ses côtés son collègue de la Sécurité, Clément Sawadogo, venu donner de plus amples informations. A l’en croire, l’adoption de ces décrets viennent aplanir un certain nombre d’incohérences contenues dans l’ancienne grille.

“Ces incohérences ont été générées par l’obligation pour le policier nouvellement sorti de l’école de formation d’effectuer un stage probatoire quelque soit son niveau et il fallait supprimer ce stage probatoire”, explique le ministre Sawadogo.

Et d’ajouter : “Il fallait harmoniser les amplitudes de la grille salariale d’un échelon à l’autre. Il s’agissait également d’étirer la grille pour éviter que les policiers n’atteignent le plafond très rapidement”.

En plus du relèvement de niveau dans le recrutement dans la Police, le ministre de la Sécurité a évoqué, en outre, le changement d’appellation dans le corps.

Au ministère en charge de l’Urbanisme, le Conseil a adopté un décret portant levée partielle de la suspension des opérations de lotissement ou de restructuration au Burkina Faso.

Autrement dit, précise Remis Dandjinou, cette levée touche toutes les communes du Burkina Faso sauf celles à statut particulier comme Ouagadougou et Bobo-Dioulasso.

Et à propos, le ministre en charge de la question, Maurice Bonanet, qui s’est également joint au porte-parole du gouvernement, a expliqué qu’en ce qui concerne ces deux communes, des commissions ad hoc seront mises en place afin de régler les problèmes fonciers qu’elles connaissent.

DCPM/Ministère de la Communication et des relations avec le Parlement

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.