Discours sur la Situation de la Nation: L’EMPLOI DES JEUNES ET DES FEMMES

“L’un des objectifs majeurs de la politique gouvernementale est de lutter contre le chômage et le sous-emploi en facilitant l’accès de tous à des emplois de qualité et à la protection sociale, de réduire les inégalités sociales et de genre, et de promouvoir la femme comme actrice dynamique du développement.

Dans ce cadre, et en vue de favoriser l’insertion socioprofessionnelle des jeunes et des femmes, nous avons amplifié et diversifié la capacité de l’Etat à financer les projets d’entrepreneuriat en lançant, dès 2017, le Programme d’autonomisation économique des jeunes et des femmes (PAE/JF) et le programme Burkina Start up.

Ces instruments ont accordé des prêts à environ 20 000 microprojets portés par les jeunes et les femmes.
Dans le cadre de l’autonomisation économique de la femme et par l’intermédiaire du Programme intégré d’autonomisation de la femme au Burkina Faso (PIAF-BF), nous avons soutenu l’immatriculation de 875 entreprises informelles de femmes, doté 500 associations de femmes de fonds de roulement, de crédits d’investissement et de technologies.

En outre, entre 2016 et 2018, près de 438 000 femmes ont bénéficié de crédits pour le financement de leurs activités génératrices de revenus.
Afin d’assister les personnes en situation de vulnérabilité sociale, le gouvernement a renforcé ses actions :
1) en mettant en place le Projet d’appui à la formation professionnelle, à l’emploi et à l’entrepreneuriat des personnes handicapées doté de crédits budgétaires d’un montant de 220 millions de FCFA en 2018 ;
2) en retirant de la rue 2 465 enfants pour les placer dans des familles d’accueil ou dans des centres de formation professionnelle ;
3) en transférant directement des crédits de subsistance à près de 82 000 ménages vulnérables et ;
4) en apportant une prise en charge intégrée à environ 4 300 ménages vulnérables.
L’organisation du forum national des personnes vivant avec un handicap, le 21 juin 2018, a été l’occasion pour le Président du Faso de s’engager à mettre en place des structures publiques d’accueil et de prise en charge des enfants déficients intellectuels et mentaux, à pérenniser ce forum et à renforcer la mise en œuvre de la politique sectorielle « Travail, emploi et protection sociale ».”

Christophe Joseph Marie DABIRE, Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Burkina Faso

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.