Loroum (Nord Burkina): les enseignants ne reprendront pas les cours tant que les conditions sécuritaires ne seront pas réunies (syndicat)

A l’appel de la coordination syndicale de l’éducation provinciale, les enseignants de la province du Loroum (où des individus armés ont roué de coups le personnel d’un Collège), ont décidé de ne plus dispenser les cours jusqu’à ce que les conditions sécuritaires nécessaires à l’exercice de leur fonction soient réunies.

« Comme la situation ne fait qu’aller de mal en pis, nous nous avons décidé en tout cas de suspendre les cours dans tous les ordres d’enseignements du préscolaire jusqu’au secondaire sur toute l’étendue de la province en attendant que les conditions sécuritaires adéquates soient mises en place », a déclaré à Radio Oméga le secrétaire général de la coordination, Jules Bado.

Il explique la raison pour laquelle le syndicat n’a pas donné une date pour la reprise des cours.

« Nous n’avons pas donné une date puisque ce que nous revendiquons, est qu’un minimum de condition sécuritaire soit mis en place.

Si nous donnons une date, ce n’est pas nous qui avons la capacité de faire ce travail comme ce n’est pas nous qui allons le faire donc nous ne pouvons pas donner de date », a-t-il précisé.
Il ajoute que le syndicat est à l’écoute de l’Etat sur les dispositions à prendre pour leur permettre de reprendre les cours en toute quiétude.

Dans la soirée du lundi 12 novembre 2018, des enseignants du Collège d’enseignement Général(CEG) de Toulfé dans la commune de Titao dans la province du Lorum ont été violentés par quatre individus lourdement armés venus à bord de deux motos, a appris radio Oméga de source locale.

Après avoir roué de coups les enseignements, les assaillants ont laissé un message dont nous ignorons le contenu.

Radio Oméga

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.