/var/www/clients/client1/web20/web/webtv/wp-includes/css Ouaga24 - Mare aux caîmans de Bazoulé : Quand des guides menacent l’attractivité du site

Mare aux caîmans de Bazoulé : Quand des guides menacent l’attractivité du site

Le week-end est passé, nous sommes en plein dans la semaine. Mais lors d’une excursion ce dimanche 2 avril 2017 à Bazoulé à 24 km de Ouagadougou, notre équipe a relevé un fait qui mérite d’être souligné : le goût plus que prononcé de nos guides sur place pour l’argent « facile ».

En effet, alors que nous prenons un pot juste sous les hangars, l’idée nous vient en apercevant deux  guides d’entamer notre excursion sur le site des « caîmans sacrés de Bazoulé ». Bonjour Mr le guide, nous souhaitons visiter les caîmans sacré », disons-nous.

1500 francs par personne pour voir les caîmans

« Ok, cela fera 2000 francs pour le poulet et 1500 francs par personne » répond l’un deux. Pourtant, nous sommes près d’une demi-douzaine. Calcul rapide, ces bons messieurs comptent s’en tirer avec près de 20.000 francs CFA pour une excursion d’une trentaine de minutes. Scandilisés, nous lançons à leur endroit : « c’est quelle histoire ça ? C’est vous qui allez entrer dans l’eau pour sortir les caîmans non ? » . « Allons-nous en ! C’est forcé non ? ». Après d’âpres discussions, je m’approche alors tranquillement d’un des guides pour lui expliquer que j’étais venu ici l’année d’avant, et que l’on m’avait fait payer uniquement le prix de poulet à donner aux caîmans.

Un rabais comme on en voit rarement

Pendant que certains d’entre nous désertent les lieux, le guide revient à de meilleurs sentiments. « Va pour 2000 francs pour le poulet et 1000 francs pour le coût propre de l’excursion », soit 3000 francs au lieu de 20.000 francs.

Séance tenante, l’un d’entre nous est reparti s’installer tranquillement à sa place, sans mot dire.

Il va sans dire que le tourisme est une opportunité à saisir par bien de personnes sur le plan local, mais il faut savoir raison garder. Ce tarif aurait été adressé à un « blanc » que nous aurions compris, mais entre nous Burkinabé, il faut éviter de se faire tant d’exploitation.

Mais peut-être nous ont-ils pris simplement pour des « gourous », tellement nous étions sapés.

O.Aristide

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.