Procès du putsch du 16 septembre 2015: ce qu’il faut retenir du 1er jour

Share Button

Âpres des années d’attente le peuple Burkinabé doit prendre son mal en patience. En effet le procès qui s’est ouvert ce 27 Février 2018 laisse planer des jours d’incertitudes . En effet à la fin du premier jour le tribunal devant juger le Gle Diendéré et complice n’est toujours pas constitué. 

Pourtant pour constituer le tribunal, il faut ces hauts gradés. Étant témoins, ils ont été récusés les un après les autres. Gal.de division ALI Traoré, récusé. Gal.de division Kouamé Lougué, récusé. Gal.de brigade Traoré Ibrahim, récusé.

Seul le gal.de brigade Tenga Robert Djiguemdé a été éligible. Du coup, la liste des généraux éligibles comme juges militaires accesseurs est épuisée.

Les avocats de la partie civile ont dénoncé cette gymnastique du Gal Gilbert Diendéré qui a pris le soin de citer tous ceux qui sont plus gradés que lui, tout en sachant que sans eux, le tribunal ne pourrait être constitué. Me Hervé Kam a ainsi relevé la stratégie d’un “plaideur aux abois”.

L’Audience a étée suspendu et les avocats de la défense se sont retirés de l’audience parce qu’ils contestent la légalité et la régularité du tribunal qui siège, puisque le décret portant nomination des membres est entré en vigueur uniquement le 22 février 2018 alors qu’il fallait huit jours pour son entrée en vigueur après publication au journal officiel . 

Les avocats de la défense ont tous vidés la salle. Le président était donc obligé de suspendre l’audience, sans préciser quand est-ce qu’il reprendra

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.