Coup d'état du 16 septembre

Suspension du procès: la réaction de Me Prosper Farama, avocat de la partie civile 

Share Button
Le procès de Gilbert Diendéré et de ses 83 co-accusés a été suspendu, le jeudi 22 mars 2018, deuxième jour de reprise de l’audience. En attendant le lundi 26 mars prochain pour la réouverture, le tribunal devra statuer sur des questions préliminaires soulevées par les avocats de la défense. 
• Me Prosper Farama, avocat de la partie civile : «Des Burkinabé sont morts gratuitement»
« Si la défense estime qu’ayant déposé des requêtes, elle n’a pas à les développer oralement, c’est son droit,  sa stratégie. A notre avis, cette stratégie est préférable à celle de quitter la salle. Contrairement à ce que la défense dit, c’est nous qui avons accepté des choses. Je suis avocat de la parte civile, je viens ici tous les jours. Après les audiences, notamment les analphabètes demandent ce qui s’est passé, parce qu’ils ont perdu des enfants, des maris. Ils pensaient qu’en quelques jours, on pourrait leur dire ce qui s’est passé. Mais nous n’en sommes pas là. Nous avons accepté ce jeu, parce que c’est un jeu propre à l’Etat de droit, à une justice indépendante.
Ce que nous refusons, c’est que des personnes, présumées innocentes, mais accusées d’actes très graves estiment être en position de force pour prendre une juridiction en otage, par des attitudes tendant à dire, si nous développons un argument de droit allant dans un sens comme dans un autre, c’est un crime contre la légalité. C’est une insulte aux collègues de la partie civile que nous sommes, parce que le minimum de respect voudrait que lorsque l’on développe un argument, l’autre partie en développe un contraire et qu’il y ait une juridiction qui tranche. Ce que tout le monde attend, y compris les accusés eux-mêmes, c’est qu’on statue sur leur sort. Celui qui est innocent, sera innocenté et le coupable condamné. Ce que nous devons avoir à l’esprit, c’est que des Burkinabè sont morts gratuitement. Ce crime ne peut pas rester impuni. »
Sidwaya
Ajouter un commentaire
OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.