COVID-19: “un virus fabriqué par les chinois dans un laboratoire”, la thèse du Professeur Montagnier qui ne fait pas l’unanimité

L’argument paraît imparable : le virus SARS-CoV-2 aurait été fabriqué en laboratoire à partir du virus du sida (VIH), c’est un Prix Nobel de médecine qui l’affirme. Jeudi 16 avril, le professeur Luc Montagnier, qui a reçu cette grande distinction scientifique en 2008 pour sa participation à la découverte du virus responsable du sida, affirme dans un entretien au site Pourquoidocteur.fr que le SARS-CoV-2 est une fabrication humaine, et « l’histoire du marché aux poissons (…) une belle légende ».

Une thèse choc qu’il résume le 17 avril sur le plateau de Pascal Praud, sur Cnews :

« Nous en sommes arrivés à la conclusion qu’il y a eu une manipulation sur ce virus. Une partie, je ne dis pas le total. il y a un modèle qui est le virus classique, venant surtout de la chauve-souris, mais auquel on a ajouté par-dessus des séquences du VIH. »

« Ce n’est pas naturel, c’est un travail de professionnel, de biologiste moléculaire, d’horloger des séquences. Dans quel but ? Je ne sais pas (…). Une de mes hypothèses est qu’ils ont voulu faire un vaccin contre le sida. »

L’idée même que le SARS-CoV-2 puisse avoir été le produit de manipulations génétiques est également loin de faire l’unanimité. Les virus de fabrication humaine existent mais sont des combinaisons souvent spectaculaires de virus existants, ce qui les rend en général faciles à reconnaître pour les microbiologistes. Or le SARS-CoV-2 n’a pas les caractéristiques d’un virus artificiel et aucun emprunt génétique suspect ne permet de dire qu’il y aurait eu intervention humaine.

« Cela ressemble beaucoup trop à quelque chose de naturel pour qu’il y ait un doute que ce soit quelque chose d’artificiel », estime Etienne Simon-Loriere, chercheur à l’Institut Pasteur, interrogé par Le Monde, sur la possibilité que le virus ait été issu d’un laboratoire :

« Pour récréer un virus aussi grand, il faudrait des connaissances techniques que peu de labos dans le monde possèdent – sans doute moins d’une dizaine – et il paraît peu plausible que des scientifiques aient pu créer un virus qui interagisse aussi bien avec le récepteur ACE2 [par lequel il s’installe dans le corps humain], alors que ce mécanisme n’avait jamais été observé avant. »

La plupart des scientifiques s’accordent sur le fait que le virus responsable du Covid-19 est d’origine animale – chauve-souris et/ou pangolin – comme l’ont encore reconfirmé récemment des études chinoisesbritannico-australo-américaine et américano-suisseSelon l’université de Pensylvannie, le SARS-CoV-2 aurait très précisément muté à partir d’un coronavirus de chauve-souris adepte des recombinaisons, le RaTG13, entre 1948 et 1982.

Avec le Monde

Ajouter un commentaire