ANEB, L'ANEB

Le torchon brule entre ANEB de l’UFR/SVT et l’administration

Le jeudi 02 mars 2023 les étudiants ont adopté en Assemblée Générale sous la direction de la corporation ANEB de l’UFR/SVT un programme d’activités assorti d’une plateforme revendicative.

Cette plateforme revendicative qui fait la synthèse des problèmes que vivent les étudiants de notre UFR sur le plan académique, infrastructurel, social et sur les libertés a été déposée le 07 mars 2022 à l’administration à la suite d’une marche organisée à l’UFR.

Cette Assemblée Générale s’est tenue pendant que les étudiants de l’UFR/SVT étaient déjà en lutte contre l’application du nouveau régime général des études après plusieurs rencontres avec l’administration. Cette lutte s’est matérialisée par un sit-in de 72 heures les 15, 16 et 17 Février 2023 observé par les étudiants de la promotion de master I. Face à cette juste et légitime préoccupation, les autorités de l’UFR vont faire la sourde oreille et tenter un passage en force en usant de menaces et d’intimidations, en atteste la convocation en commission interne d’instruction de 18 étudiants de la dite promotion.

Pour cette raison l’AG du 02 mars avait décidé du blocage des évaluations des étudiants de master I dans le but d’inviter l’administration à répondre aux préoccupations des étudiants. Suite à cela, l’administration va opter de diviser les étudiants de la dite promotion en isolant les « redoublants » pour programmer leurs évaluations de façon séparée espérant les utiliser pour réprimer les autres étudiants (non-redoublants) et saboter la lutte en cours.

Cette tentative de division a consisté à dire aux redoublants qu’ils ne relèvent pas de la promotion de 2022-2023 et qu’ils ne sont pas concernés par les revendications que posent les étudiants de cette promotion. Cependant, à la demande des étudiants de clarifier la situation des redoublants par une note officielle l’administration a marqué un refus.

En lieu et place du dialogue mainte fois souhaité par la corporation l’administration de l’UFR/SVT a décidé d’user de la violence en faisant intervenir la police sur le campus en violation flagrante des franchises et libertés universitaires pour réprimer des étudiants aux mains nues qui ne demandent que de meilleures conditions pour étudier.

Camarades étudiantes et étudiants  

Pour comprendre la situation qui prévaut actuellement à l’UFR un rappel s’impose. En effet, notre UFR traverse l’une des plus graves crises de son histoire depuis l’application du système LMD.

Choisie comme UFR cobaye du LMD en 2009 parce qu’elle était l’une des UFR la plus en avance elle est devenue très vite au fil des années le lieu par excellence des retards académiques et des chevauchements d’années et de semestres.

Les multiples reformes entreprises depuis lors pour résorber les retards académiques sont restées inefficaces jusqu’à ce jour. Il s’agit du blanchiment technique de l’année académique 2011-2012 dans les promotions d’alors de L2-S3 bac 2009, L1S2 bac 2010 et L1S1 bac 2011.

Cette mesure sera suivie de l’adoption des textes de Kombissiri en 2015 qui remettaient en cause le principe de la double inscription et la composition par crédits (le fait de prendre des crédits dans les semestres supérieurs sans forcement validé tous les crédits de l’année antérieure).

Ces textes qui étaient une préfiguration du nouveau régime des études ont été vigoureusement combattus par les étudiants.

En 2019 à la faveur de l’adoption du nouveau régime des études l’administration décidera d’appliquer de manière unilatérale un plan de normalisation des années académiques qui consistait à ne pas recruter en Licence 1 et en Master 1 respectivement dans les années académiques 2020-2021 et 2021-2022 et à relire les curricula de formation.

La relecture des curricula a permis à l’administration de supprimer définitivement les TP de chimie et de physique qui se faisaient en première année au début de l’application du LMD. Ce plan de « normalisation » prend également à son compte les textes du nouveau régime d’études.

Les générations d’étudiants qui se sont succédées à l’UFR ont pu constater qu’aucune reforme ne se faisait en leur faveur.

De plus elles n’apportaient aucune solution aux problèmes posés. Pire les conditions de vie des étudiants continuent de se détériorer. En effet, l’UFR compte toujours quatre années académiques : 2022-2023, 2021-2022, 2020-2021 et 2019-2020.

Les bacheliers de 2017 en Sciences de la Terre par exemple n’ont toujours pas bouclé la L3. Les taux d’échec et d’abandon continuent d’être très élevés atteignant des records inégalés.

L’année dernière par exemple en P21 on notait 1180 étudiants lors du semestre 1 et 627 étudiants au semestre 2. Soit 553 étudiants qui ont abandonné entre le semestre 1 et le semestre 2 avec l’application du nouveau régime d’études.

Les résultats de cette même promotion en session normale de L1S2 étaient de 27 admis sur 627 étudiants.

Dans le fond, les reformes opérées ont toujours eu comme objectif de chasser les étudiants de l’UFR. 

C’est pour cette raison d’ailleurs que la note éliminatoire de 7/20 a été instituée en master dans le but d’aligner les taux d’échec qui sont jusque là faibles en Master au même niveau que les promotions de Licence afin de décourager les étudiants à poursuivre les études supérieurs conformément aux programmes néocoloniaux adoptés par notre pays en 1990 qui consacrent le désengagement de l’Etat.

C’est dans ce sens qu’il faut comprendre la logique des alchimistes sournois juchés à l’ombre de l’administration, qui au lieu de préparer paisiblement leur retraite jurent par tous les dieux qu’il faut appliquer les textes anti-étudiants.

Pourtant, certains d’entre eux ont étudiés en Russie (ex Union soviétique) avec la bourse de l’Etat et sans que des textes de ce genre ne leurs soient appliqués. Ceux qui ont étudié au pays il y en a parmi eux qui ne seraient pas enseignants aujourd’hui s’il y avait eu une telle disposition dans leur cursus académique. Certains d’ailleurs ont toujours validé en session de rattrapage avec par moment des rachats.

Camarades étudiantes et étudiants

Nous devrons nous mobiliser pour faire barrière non seulement à l’application du nouveau régime en master mais aussi faire en sorte que son application soit suspendue en licence. Nous devrons aussi nous mobiliser pour que les autres points de la plateforme revendicative soient satisfaits. En effet, en plus du nouveau régime des études notre UFR manque cruellement d’infrastructures notamment des salles de cours, de TD et TP. Les laboratoires R+2 dont la construction a été obtenue en 2008 à l’issue de la lutte des étudiants sont en mauvais état et ont été mis hors usage sans qu’aucune communication ne soit faite pour situer les responsabilités.

Pendant ce temps, les étudiants n’ont pas de laboratoires dignes pour la réalisation de leur TP. Sur le plan académique, le manque d’enseignants, les réductions des volumes horaires, les suppressions de certains TP et TD, le manque d’accompagnement des étudiants pendant les stages, l’insuffisance des bourses d’études et l’irrégularité de l’aide FONER sont entre autres les points contenus dans notre plateforme revendicative adoptée le 2 mars dernier. C’est au prix de notre mobilisation que nous allons contraindre l’administration à y apporter des solutions appropriées.

Actuellement, la lutte se présente sous une forme pernicieuse. L’administration est entrain d’exécuter un plan anti-étudiant en prônant à qui veut l’entendre que tout se déroule normalement à l’UFR. Elle pense pouvoir profiter de la fin de l’année pour assommer les étudiants avec des décisions iniques et anti-étudiantes mais c’est sans compter avec la vigilance et la mobilisation constante des étudiants.

Dans le même temps, certains responsables de l’administration et même certains enseignants font un travail de sape de la lutte en essayant de mobiliser des étudiants pour qu’ils demandent pardon d’une façon ou d’une autre. Ces tentatives de manipulation pour diviser les étudiants ne réussiront pas.

La corporation félicite l’ensemble des étudiants pour leur mobilisation aux dernières activités et les invite à redoubler d’ardeur avec courage, détermination, persévérance et esprit de sacrifice. C’est la seule manière pour nous d’obtenir des acquis conséquents par rapport aux problèmes que nous avons posés. L’expérience du mouvement étudiant nous enseigne que c’est par la mobilisation et la détermination que nous arrivons à engranger des acquis.

En avant pour la satisfaction de notre plateforme revendicative !

Non aux mesures scélérates à l’UFR/SVT !

Non à la manipulation !

Vive la corporation !

Vive l’ANEB/Ouaga !

Pain et Liberté pour le Peuple.

La direction

Suivez Ouaga24 sur FacebookLinkedinTwitter et Instagram pour ne rien rater de l’actu

Plus d’actualités sur Ouaga24Radio Ouaga24TV Ouaga24 , Wakatt Médias 

Ajouter un commentaire