Ministère de l’économie et des finance: Les syndicats maintiennent la grève de 5 jours

Le vendredi 18 mai 2018 de 14h20 à 15h45 s’est tenue une rencontre entre la CS-MEF et une délégation gouvernementale au Ministère de la Fonction publique. La délégation gouvernementale était conduite par le Ministre en charge de la fonction publique.
La rencontre a porté sur les points de revendications de la CS-MEF.
On se rappelle que lors de l’AG du 25 avril 2018, les travailleurs du MINEFID avaient rejeté les propositions dites « nouvelles » du Gouvernement parce qu’elles étaient en deçà de nos attentes et pire, elles étaient un recul par rapport aux conclusions des négociations des 28, 29 et 30 mars 2018 ! D’où le dépôt du préavis pour la grève de 120 heures.

A l’audience, la CS-MEF a été désagréablement surprise de remarquer que les propositions du Gouvernement sont les mêmes que celles rejetées à l’AG. En outre, la CS-MEF a constaté que la partie gouvernementale n’était pas là pour des négociations mais juste pour lire les propositions. La CS-MEF était face à une délégation du Gouvernement dont le seul mandat était de lire ! Une délégation gouvernementale elle-même visiblement consternée et embarrassée par la situation.

La CS-MEF au regard des réponses du Gouvernement a demandé au Ministre en charge de la fonction publique de rappeler les cinq (05) points de nos revendications sur lesquels il y avait des accords si on se réfère au communiqué du Gouvernement du 03 avril 2018. Le Ministre a répondu que les négociations étant un processus dynamique, les réponses peuvent varier s’il n’y a pas eu un accord matérialisé par un écrit (acte) juridique !
Quelle conclusion tirée ? C’est simple : le Gouvernement n’a aucune volonté de résoudre les préoccupations des travailleurs du MINEFID. Il a plutôt opté pour la répression de ces braves travailleurs ! Pour s’en convaincre, le Gouvernement ne fait que préparer la grève à travers des réquisitions arbitraires et abusives :
– réquisitions de tous les directeurs et chefs de services ;
– réquisitions de délégués syndicaux (chose totalement interdite) ;
– réquisitions de plus de la moitié des travailleurs de certaines directions ou services ;
– menaces et intimidations à l’encontre des travailleurs et des responsables ;
– réquisitions (aberrantes) des agents sous SND et des contractuels ;
– réquisitions d’agents par mails ou par courriers convoyés par les compagnies de transport ;
– écrit de madame le Ministre pour interdire l’accès de l’enceinte du Ministère à tout travailleur les 21, 22, 23, 24 et 25 mai 2018 ; (à cet écrit, la CS-MEF a répondu par correspondance pour informer notre Ministre aux airs de Margaret TCHATCHER, la tristement célèbre Première Ministre britannique, que les travailleurs tiendront bel et bien le piquet général du Ministère car aucun texte de l’interdit !)
– etc.
Au regard de ce qui précède, la direction de la CS-MEF informe l’ensemble des camarades travailleurs du MINEFID que la grève aura bel et bien lieu les 21, 22, 23, 24 et 25 mai 2018 et le piquet général se tiendra pacifiquement dans l’enceinte du Ministère. Elle les invite à plus de mobilisation, de courage, de détermination et d’engagement afin que cette lutte nous permette une résolution de nos justes et légitimes préoccupations et le respect de nos libertés démocratiques et syndicales. Ne serait-ce que pour la dignité du travailleur des finances, nous devons mener et réussir cette lutte !

Emission Digitale Actu 5

Emission Digitale Actu 5 Présentation Tahirou BATIONO dit Garnett - Les propos d'une infirmiere chef indignent les internautes - Facebook, Twitter, Linkedin sont les reseaux sociaux les plus utilisés au Burkina Faso

Publiée par Wakatt Communication sur Samedi 20 février 2021

CS-MEF

Ajouter un commentaire

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.