/var/www/clients/client1/web20/web/webtv/wp-includes/css Ouaga24 - Burkina: les 100 jours de Rock , un entretient sans langue de bois

Burkina: les 100 jours de Rock , un entretient sans langue de bois

Le 6 avril prochain, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE aura bouclé 100 jours, à la tête de la magistrature suprême du Burkina Faso. Dans le respect de la tradition médiatique, le Président du Faso a accordé une conférence de presse à la presse nationale à Bobo-Dioulasso à la faveur de son séjour dans cette ville dans le cadre de la clôture de la 18e édition de la Semaine Nationale de la Culture (SNC).




La conférence de presse a eu lieu dans la Salle bleue de la Maison de la Culture Mgr Anselme Titianma SANON le dimanche 03 avril 2016.

Sans détour et sans langue de bois, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE a répondu à toutes les questions qui lui ont été posées sur l’actualité nationale, sous régionale et internationale.

Actualité nationale

Question : Vous allez boucler incessamment vos cent jours à la tête de l’Etat burkinabè. Qu’est ce qui a été fait depuis votre investiture?

Roch Marc Christian KABORE (RMCK) : Les cent jours ne sont pas aussi significatifs pour répondre aux attentes des populations du pays. Néanmoins, nous pouvons dire qu’au plan politique, nous avons mis en place la commission constitutionnelle qui est un engagement que nous avons pris. Cela nous permet d’aller à une Vè République appelée de nos vœux par l’ensemble des Burkinabè, par l’ensemble de la classe politique. Nous avons également dans le cadre de la réconciliation, mis en place le Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité nationale. L’objet c’est de voir passer tous les problèmes que nous avons eus dans ce pays depuis 1960 à nos jours. C’est un acte important en vue du changement et en vue de la réconciliation et la paix dans notre pays.

Sur le plan économique, nous avons trouvé un budget adopté par le Conseil national de la Transition(CNT). Ce budget mis en place ne tient pas compte de nos priorités forcément. Nous avons relu ce budget et avons introduit une loi rectificative au parlement pour essayer de rattraper un minimum de ce que nous pouvons faire pour que notre programme puisse être donc respecté. Nous sommes passés d’un déficit de 229 milliards à 300 milliards parce que les engagements sociaux pris par la Transition n’avaient pas été budgétisés, alors qu’ils devaient être mis en œuvre en 2016.

Aussi, le secteur coton qui joue un grand rôle dans l’économie du pays et qui emploie près de 2 à 3 millions de Burkinabè n’avait pas été pris en compte.

Au Niveau de l’éducation, des mesures seront prisses au cours de cette année 2016. Pour le primaire, il est prévu la construction de plus de 1000 classes pour résoudre la question des écoles sous paillotte. Aussi, 2000 nouvelles classes seront construites pour juguler la répartition inégale des écoles dans les régions. 200 CEG, 80 lycées, des centres de formation et des lycées régionaux de formation technique et scientifique seront également érigés. C’est un effort que nous allons faire.

Au niveau de la santé, nous avons mis l’accent sur la mère et l’enfant. C’est ainsi que les accouchements et les césariennes seront gratuits. Nous allons commencer à expérimenter cette mesure dans trois grandes régions avant de les répandre sur l’ensemble du territoire national. Toujours dans le domaine de la santé, nous allons former les spécialistes au nombre de 135, aussi bien les médecins que les pharmaciens pour qu’au niveau de nos centres hospitaliers régionaux, qu’il y ait des spécialistes pour éviter que chaque fois, les gens ne soient contraints de venir à Ouagadougou pour leurs soins. Nous allons recruter plus de 16 000 agents communautaires de santé pour sensibiliser sur les questions de la prévention de la santé et de vaccination dans les villages.

Au plan de l’eau potable, nous avons posé le principe qu’à la fin de notre mandat, qu’il y ait « zéro corvée » pour les femmes. Nous avons lancé le 31 mars dernier à Kougsin le programme de construction de 1100 forages sur l’ensemble des régions du Burkina Faso. L’assainissement également sera une priorité.

Au niveau de l’agriculture, nous avons déjà mis l’accent sur la filière coton, et tout ce qui concerne l’aménagement des bas-fonds. Le Ministre en charge du domaine a lancé la dernière fois à Tanghin-Dassouri le programme pour l’aménagement des bas-fonds pour accroître la production agricole. Tout l’accompagnement en semences, en engrais est mis en place.

Concernant toutes les questions relatives à l’énergie, nous envisageons orienter notre énergie vers l’énergie solaire. Près de 40 localités vont bénéficier de l’électrification par le solaire. Nous allons lancer un appel d’offre pour consolider la capacité de la SONABEL car nous devons mettre en place un groupe thermique complémentaire pour éviter chaque fois de louer des groupes pendant les périodes de chaleur. Nous continuons la politique d’interconnexion. La Côte d’Ivoire a promis cette année d’augmenter sa contribution à 70 mégawatts. Nous avons le soutien de la Banque mondiale pour réviser tout le matériel de la SONABEL qui va nous permettre d’obtenir une efficacité de 30 mégawatts supplémentaires.

Sur le plan de la télécommunication, nous travaillons à faire en sorte que par le biais de la fibre optique, sur l’ensemble du territoire national, nous pussions être connectés.

Je ne ferai pas une liste de litanie, mais je dois dire qu’en 100 jours, nous avons posé les sillons qui doivent nous permettre de déployer à partir de 2017, la politique que nous voulons mettre en place. Certainement, cette année sera une année de remise en route parce que nous partons d’un budget qui n’est pas le nôtre et nous devons le transformer pour le rapprocher de nos objectifs.

Je voudrais vous rappeler que tout récemment, nous avons eu la visite du groupe international de soutien à la démocratie et au développement au Burkina Faso. Ce cadre regroupe également des bailleurs de fonds que nous allons rencontrer à la fin de l’année. Ce qui va nous permettre de voir la contribution de ces partenaires secteur par secteur. Je dois préciser que la contribution de nos partenaires ne remplace pas nos efforts au plan local quant à la mobilisation des ressources d’une part, quant à la qualité de nos dépenses d’autre part et également quant à la bonne gouvernance politique et économique. Nous voulons parler de la bonne gouvernance de façon générale.

Question : Après cent jours, quel bilan tirez-vous ? Est-il positif, mitigé ou négatif ?

RMCK : Je peux dire qu’en cent jours, je suis satisfait du fonctionnement du gouvernement. Car, il est composé dans sa grande majorité de personnes qui n’ont jamais assumé de fonctions ministérielles. Et ce n’est pas toujours évident de pouvoir, savoir maitriser l’outil et faire avancer les choses. Je considère que chacun et chacune dans le gouvernement à donner le meilleur de soi-même pour remettre le Burkina sur de bon rails, sur les rails de l’avenir radieux pour tous les Burkinabè. De ce point de vue, je félicite le gouvernement.

Question : Quelle appréciation fait le citoyen Roch Marc Christian KABORE du travail qu’abat le Président du Faso que vous êtes ?

SRMCK : En ce qui concerne le citoyen Roch Marc Christian KABORE par rapport à lui-même, je serai mégalomane de m’apprécier moi-même. Il appartient au peuple burkinabè d’apprécier ce que nous posons comme acte. Le peuple m’a fait confiance en me donnant ce mandat et j’ai intérêt, si je veux un second mandat, à respecter les engagements que j’ai pris vis-à-vis de ce peuple.

Question : Vous avez plafonné votre communication téléphonique à 400.000 par mois. N’est-ce pas une mesure populiste ?

RMCK : Je voudrais rassurer l’intervenant que jusqu’à présent ce sont mes propres téléphones que j’utilise et que je coute zéro franc en cette matière.

Je voudrais également dire que les mesures que nous avons prises, au-delà du symbolise, signifie que partout où l’Etat doit faire des efforts pour réduire son train de vie, il doit le faire. Parce que les efforts ce n’est pas pour les autres, c’est pour tout le monde. Bien que nous soyons à la tête du pays, nous ne devons pas nous donner une sinécure. Des instructions ont été données au ministère des Finances pour que des efforts soient faits. Un signal de bonne gouvernance qu’il nous faut promouvoir.

Je peux vous dire que depuis que les ministres et moi-même avons commencé à travailler le 12 janvier, personne n’a touché un franc de son salaire jusqu’au moment où je vous parle.

Question : Le Burkina Faso a vécu au cours de cette année de nombreux évènements comme les attentats terroristes, les écoutes téléphoniques, la nomination de Yacouba Isaac ZIDA comme Ambassadeur aux Etats-Unis et les débats sur les réformes politiques. Quelle analyse le Président du Faso fait-il de tous ces évènements ?

RMCK : Lorsque nous avons dépassé le cap des attentats terroristes, nous avons mis en place une coordination pour faire face à la situation et améliorer le dispositif sécuritaire de façon générale. C’est pour cela que nous avons déployé la sécurité dans les zones sensibles au Burkina pour en assurer la garde. Nous avons également mis en place l’Agence nationale de renseignements pour coordonner les renseignements et permettre une fluidité et une rapidité de la circulation de l’information, afin de nous permettre de prendre, à temps, des mesures qui s’imposent. Des informations avaient circulé sur les attentats qui ont eu lieu à Ouagadougou, mais le circuit dans lequel ces informations circulaient était tellement lent que l’information nous est parvenue tardivement. Le risque zéro n’existe pas, même les pays avancés sont victimes des actes terroristes. C’est pour cela qu’au niveau de l’Etat, nous devons développer les moyens nécessaires pour assurer la sécurité des populations. Mais, il faut que les citoyens soient vigilants et changent de comportement en dénonçant tout ce qui est suspect aux forces de sécurité.

Quant à la nomination de Yacouba ZIDA comme ambassadeur aux Etats-Unis, il faut souligner que les ambassadeurs sont nommés en Conseil des ministres. De ce point de vue, cette instance, que ce soit au temps de la Transition, sous mon mandat, on n’a pas nommé Yacouba ZIDA au poste d’ambassadeur aux Etats-Unis. Nous avons été surpris de découvrir dans le Journal officiel du Faso, le décret portant nomination de Yacouba ZIDA ambassadeur aux Etats-Unis. Donc nous étions tenus, pour des questions de correction et pour des questions aussi de ne pas se laisser manipuler, de mettre fin à cette nomination.

Enfin, concernant les réformes politiques, nous avons mis en place une commission. L’objectif de cette commission est de réfléchir sur les réformes pour permettre de passer à une Vè République. Je ne voudrais pas devancer l’iguane dans l’eau, ce sera un débat qui sera engagé. Il appartiendra au peuple burkinabè qui sera représenté dans l’ensemble de cette commission de pouvoir voir les orientations à donner. Ce que je peux dire d’ores et déjà, c’est que sur la limitation des mandats, c’est une question sur laquelle il est impossible de revenir, la deuxième chambre c’est-à-dire le Sénat est définitivement supprimé, la tendance est à la réduction du pouvoir du Président du Faso, pour que ce ne soit plus quelqu’un d’omniscient, qui décide de tout et qui a autorité sur tout. C’est un peu le rééquilibrage des pouvoirs entre le Parlement et l’Exécutif. Voilà ce que je peux dire pour le moment en attendant que cette commission constitutionnelle dépose sa mouture de texte constitutionnel.

Question :Est-ce qu’il y a une injonction de rentrer adressée à l’ancien Premier ministre Yacouba Isaac ZIDA. Il a été fait général de division, comment appréciez-vous cela ?

RMCK : D’abord, est ce qu’il y a une injonction vis-à-vis du Général ZIDA. Je dois simplement dire que le Général ZIDA a demandé une permission qui a expiré depuis le 19 mars. Il n’est pas encore rentré. En tout état de cause, je pense qu’il n’a pas de choix que de rentrer. Quelqu’un qui assume une haute responsabilité de l’Etat, doit s’assumer et faire face à ses responsabilités. Il n’est pas besoin qu’on lui donne des injonctions pour cela. Il doit voir la nécessité lui-même de rentrer d’ici au mois d’avril pour pouvoir lever ce point de nuage sur sa gestion et sur les différents points qui sont évoqués.

Concernant la question de savoir si son grade de général est normal, vous avez suivi les évènements comme nous. Une loi a été votée au niveau du Conseil national de la Transition. Le Président du Faso à l’époque avait élevé son Premier ministre Yacouba Isaac ZIDA au rang de général. Nous prenons acte. Nous ne cherchons pas à savoir si cela est justifié ou pas, à partir du moment où c’est une autorité qui avait force et compétence pour pouvoir donner ce grade qui l’a fait.

Question : Que pensez-vous des libertés provisoires accordées à certaines personnalités qui seraient impliquées dans le coup d’Etat de septembre 2015?

RMCK : : S’agissant des libertés provisoires accordées à certaines personnalités qui seraient impliquées dans le coup d’Etat de septembre, je dois vous dire que le Tribunal militaire s’occupe de ces questions. Au nom de la séparation des pouvoirs, je crois qu’il faut laisser les autorités judiciaires faire leur travail, car nous évoluons aujourd’hui dans un contexte de séparation des pouvoirs. De ce point de vue, il appartient au Tribunal militaire de prendre des dispositions pour assurer l’authentification ou non de ces écoutes téléphoniques. Je voudrais ajouter que dans un passé pas très lointain, lorsque j’ai demandé à rencontrer la justice militaire pour discuter un peu de la situation dans ce dossier, au niveau de la presse on a dénoncé l’intrusion du Président de la République qui voudrait influencer les décisions de justice. Je pense qu’il est plus indiqué de vous adresser au Tribunal militaire pour avoir de plus amples informations sur ces questions.

Question : Vous avez commandé un audit de la Transition avec un délai de 30 jours. L’ASCE a fini son audit. Que dit le rapport ?

RMCK : Concernant les audits, l’ASCE a fini son travail. Mais, il est bon de comprendre comment se passe ce travail, parce que de temps en temps on voit dans la presse que les dossiers sont dans les tiroirs, que rien ne bouge. Nous avons commandé des audits. Au niveau de la Présidence du Faso, le chef de l’Etat sortant, Michel KAFANDO, avant même son départ, a commandé un audit. Au niveau des ministères, l’ASCE a fini son travail et a déposé son rapport. La procédure de l’ASCE est simple. Tous ceux qui sont incriminés, doivent recevoir un exemplaire du projet de rapport et doivent répondre, par écrit dans un délai d’un mois à l’ASCE, pour se justifier. Ces réponses sont transmises par le ministre ou le président du Faso à l’ASCE qui, sur la base de ces réponses acceptées ou pas, va confectionner le rapport final et transmettre le dossier, s’il y a suite judiciaire, au procureur du Faso.

Question : Le manque de finance est devenu une chanson des gouvernants. Quelle était la situation du Trésor public quand vous preniez le pouvoir ?

RMCK : Le Trésor public était toujours en difficulté. Je prends un exemple, à savoir le Programme socio-économique d’urgence de la Transition qui était prévu pour 20 milliards, n’avait que 10 milliards au niveau du budget. Si vous commencez à construire des amphithéâtres, des logements, des écoles alors que vous n’avez pas toute la somme, vous aurez des chantiers inachevés. L’argent est un véritable problème au Burkina Faso. Nous devons compter sur nous-mêmes avant de compter sur les autres. Comme on le dit, si vous dormez sur la natte de votre voisin, vous dormez par terre.

Question : Que pensez-vous du « Rochmètre », cet outil de suivi et d’évaluation de la politique du gouvernement initié par la CODEL et DIAKONIA ?

RMCK : J’ai donné mon accord de principe pour participer à cette évaluation régulière du gouvernement et du Chef de l’Etat. Je pense que cela participe à la transparence afin de mettre les choses sur les bons rails.

Dans ce cadre, nous devrions avoir un dialogue direct entre le Chef de l’Etat et un certain nombre de personnes à la fin du mois d’avril. Mais c’est une date qu’il va falloir changer parce qu’elle coïncide avec la journée nationale du paysan.

C’est une préoccupation. Ce ne sont pas seulement des promesses. Lorsque nous sommes arrivés à Bobo-Dioulasso, nous avons tenus à rencontrer l’ensemble des secteurs d’activité pour les dire que nous sommes toujours sur cet engagement. Bobo-Dioulasso est un pôle industriel important pour le Burkina Faso. Malheureusement, pour des questions d’organisation, les industries sont toutes déplacées à Ouagadougou. Nous avons annoncé la construction d’usines. Des instructions ont été données au ministre en charge du commerce pour que Bobo-Dioulasso retrouve son droit de ville économique du pays. Des instructions ont aussi été données au ministre des infrastructures pour procéder à la réhabilitation des voies ainsi que le tronçon qui va de Bobo-Dioulasso à la frontière de la Cote d’Ivoire. Cette réorganisation en cours concerne aussi bien les secteurs industriel et administratif

Question : Le barrage de Samandeni est devenu source de problèmes avec les populations riveraines. Est-ce que vous pouvez rassurer la population que ce barrage verra le jour. ?

RMCK : Concernant le barrage de Samandeni, le prochain Conseil des ministres aura à discuter de ce dossier. Samandeni est financé et les populations riveraines n’ont toujours pas été désintéressées. Cela pose des problèmes. Il nous faut absolument trouver des solutions pour désintéresser les populations riveraines. C’est un projet d’agrobusiness qui va aussi permettre de renforcer la capacité d’adduction d’eau de la ville de Bobo-Dioulasso. Nous avons intérêt à ce que ce projet, qui n’a que trop duré, voit le jour.

Question : Au sujet de la construction de la cimenterie CIMASSO à Bobo- Dioulasso, des experts ont estimé que le site choisi pour l’implantation de cette usine n’est pas approprié. Est-ce que vous êtes au courant ?

RMCK : Vous soulevez une question essentielle. Parce que lorsqu’une usine doit s’installer, le ministère de l’Environnement doit procéder à une étude d’impact environnemental pour voir les conséquences pour les populations locales. Nous avons pris bonne note. Si c’est le cas que si cette implantation va affecter la nappe phréatique de manière importante, vous pouvez être sur que cette cimenterie, ne sera pas installé sur le site en question

Question : La question des koglwéogo défraie la chronique en ce moment. Qu’est ce qui explique votre silence sur ces groupes d’autodéfense ? Il y aussi la question des militaires radiés qui demandent leur réintégration. Peut-on s’attendre à ce que leur cause soit entendue dans les mois à venir ?

RMCK : Sur la question des Koglwéogo, en ce qui concerne le gouvernement et me concernant, il n’y a pas eu de silence du tout. Elle est au centre des discussions et certains pensent qu’ils sont nécessaires et d’autres estiment qu’il faut les supprimer. A notre niveau, deux constats s’imposent. S’il y a au Burkina Faso des organisations d’autodéfense, il y a certainement des causes à identifier. Le premier point est la capacité de l’Etat à se déployer pour assurer la sécurité des citoyens sur toute l’étendue du territoire. Le deuxième aspect est la confiance que les citoyens font à la justice. Il faut être clair. C’est ce qui amène les citoyens à se rendre justice eux-mêmes. Nous sommes dans un Etat républicain et personne n’est au-dessus de la loi. Si les individus s’organisent pour aider l’Etat à combattre le banditisme, en collaboration avec les forces de police et de gendarmerie, nous n’y voyons aucun inconvénient. Mais, si ces structures doivent rendre justice et prendre des taxes, ils tombent dans l’illégalité et en tant que tel nous allons prendre des mesures qui s’imposent. Nous avons dit à l’époque qu’on ne supprime pas quelque chose qui n’existe pas légalement. L’Etat doit prendre ses responsabilités et je crois que si l’Etat assurait convenablement la sécurité des populations sur l’ensemble du territoire, il n’y aurait pas eu de koglwéogo. Vous avez constaté que dans la situation de Fada, la justice a assuré avec une certaine fermeté le cas des koglwéogo. Cela était important pour marquer un signal qu’au niveau du gouvernement et en ce qui concerne l’Etat, nous n’allons pas laisser continuer les dérives qui sont faites à l’encontre des droits de l’homme et qui pénalisent les citoyens par les tortures et les taxes perçues. Nous avons estimé par ailleurs qu’il faut que nous créions des passerelles parce que vous savez bien qu’au niveau des droits de l’homme, il ne faut pas que ce soit des droits qui se trouvent au niveau de la cité. Il faut que ces droits de l’homme soient partagés sur l’ensemble du territoire. A ce niveau, l’action n’est pas seulement une action du gouvernement, ça veut dire que les OSC, les différentes structures devront participer à faire en sorte qu’au niveau de notre peuple de façon générale, la conception et la vision des droits de l’homme soient partagées. Vous voyez aujourd’hui qu’on ne parle pas de koglwéogo dans les grands centres. Mais vous allez dans les villages et vous parlez de koglwéogo, vous verrez que dans ces villages, le fait qu’ils considèrent que le banditisme a été plus ou moins atténué, ils sont à 90 ou 95% pour les koglwéogo. Il faut que nous créions des passerelles pour qu’ils sachent que leur rôle n’est pas d’être justicier, leur rôle n’est pas de prélever des taxes. Leur rôle c’est de participer à l’éradication du banditisme via et en collaboration avec les forces de sécurité. Même à Ouagadougou, il fut un moment où si vous criez au voleur, si les populations sortent, non seulement le voleur cherche à rejoindre le premier poste de police ou de gendarmerie, mais si les gens lui mettent la main dessus, vous savez comment ça se termine. Ils l’abattent et ils considèrent qu’ils ont rendu justice parce qu’ils considèrent que chaque fois qu’ils ont amené quelqu’un à la police ou à la justice, deux jours après ils constatent que la personne est sortie. Finalement ils considèrent que c’est une attitude en faveur des bandits.

Concernant la question des militaire radiés, vous savez très bien que dans le cadre de la réconciliation nationale, nous avons mis en place le Haut Conseil pour la Réconciliation nationale (Ndlr : HCRUN) où près de cinq mille dossiers concernant les citoyens, qui se sont sentis lésés depuis 1960 à nos jours sont déposés. Vous savez aussi que les militaires radiés ont engagé des procédures en justice contre l’Etat pour rentrer dans leurs droits et demander à être réintégrés. Donc, je veux dire qu’il n’y a pas de rupture de dialogue. Comme des procédures ont été engagées, nous attendons de voir quels sont les résultats qui en sortiront, étant entendu que l’Etat a aussi ses avocats pour défendre ses intérêts dans le cadre donc de ces discussions.

Question : Les organisations syndicales menacent d’aller en grève, après que avez accédé aux revendications des magistrats, parce qu’elles exigent la mise en œuvre des engagements pris par la Transition. Quelle réponse donnez-vous à leurs revendications ?

RMCK: Entre les organisations syndicales et l’Etat, nous ne devons pas continuer à faire des injonctions. Le gouvernement est ouvert au dialogue. Nous l’avons dit et réaffirmé. Le dialogue a été d’ailleurs à la base des solutions que nous avons pu apporter aux préoccupations des travailleurs. Je voudrais dire que ceux qui nous donnent des injonctions doivent comprendre deux choses. La première est que pour aboutir aux accords avec la Transition, il a fallu le dialogue. La seconde est que cet accord que les syndicats ont signé avec la Transition, n’était pas prévu dans le budget de l’Etat 2016. Les organisations syndicales doivent déjà nous féliciter très sincèrement d’avoir déjà pensé que les engagements du gouvernement de Transition doivent être poursuivis et tenus. Nous allons les rencontrer toujours dans cet esprit de partenariat. Le développement d’un pays ne peut se faire avec des injonctions. Ils devront être conscients que l’Etat ne peut donner que ce qu’il a. Le budget de l’Etat ne concerne pas que les fonctionnaires, il concerne 17 MILLIONS de Burkinabè qui ont des préoccupations de santé, d’école, d’’améliorations de leurs conditions de vie. Au niveau budgétaire, nous sommes au-dessus du ratio qui est conseillé au niveau de l’UEMOA comme masse salariale. Si nous prenons notre argent pour payer uniquement les salaires, il n’y aura pas de développement.

Sachez que l’Etat a le souci de l’amélioration générale des conditions de vie des travailleurs, mais notre volonté doit être accompagnée par le travail de tout le monde pour faire en sorte que nous renforcions nos fonds propres. Si nous le faisons, nous verrons comment nous pouvons améliorer les conditions de travail et d’existence des travailleurs.

Question : Une plateforme a été mise en place pour optimiser la collette des ressources à savoir SYLVIE. Tout juste après sa mise en œuvre, les commerçants menacent d’augmenter les prix. Qu’est-ce qui sera fait pour contenir ces augmentations de prix ?

RMCK : SYLVIE ne modifie en rien les prix. C’est un épouvantail que les opérateurs économiques brandissent. Cette plateforme a l’avantage d’éviter les transactions frauduleuses. La mise en réseau permet d’éviter ce dialogue clandestin qui favorise la fraude, des ententes sous mains, qui enrichissent des individus au détriment de l’Etat. Nous avons dit aux opérateurs économiques qu’ils peuvent avoir le juste bénéfice de leurs actions, mais pas le bénéfice qui se fait au détriment du peuple burkinabè. Nous allons poursuivre ce programme parce qu’il est de l’intérêt du Burkina Faso.

Share Button
The following two tabs change content below.

REDACTION

OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.

REDACTION

OUAGA24.COM est totalement libre et ne dépend d’aucune structure étatique ou gouvernementale ou politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.